Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Auteurs de la Grèce antique

Théognis de Mégare

Biographie

Théognis de Mégare est un poète gnomique élégiaque actif vers 540 av. J.-C., longtemps considéré à tort comme un moraliste. Plus de la moitié des poèmes élégiaques conservés avant la période hellénistique sont contenus dans les 1400 vers attribués à Théognis. Les principales informations que nous avons sur lui proviennent de la Souda. Ses poèmes sont écrits en distiques élégiaques.

Membre de l'aristocratie dorienne (ses poèmes sont écrits en dialecte ionien) et ennemi du parti populaire, Théognis a peut-être contribué à gouverner Mégare, mais il s'exila à la suite du coup d'État contre le parti oligarchique. Il vécut à Sparte, en Eubée, en Sicile et à Thèbes, dans une pauvreté qu'il jugeait déshonorante, étant donné ses origines et ses principes. Il mourut probablement à Thèbes.

Poète didactique avec qui l'élégie prend un ton politique et moral, Théognis a pour interlocuteur le jeune noble Cyrnos, fils de Polypas, auquel il dévoile ses préceptes politiques et moraux. Il fait de sa fierté d'aristocrate et de poète conscient de sa valeur le sujet de ses vers. Son expérience de la révolution ou stasis de Mégare le fait se tourner vers les thèmes de la décadence, de l'effondrement des valeurs aristocratiques, du mythe hésiodique de l'âge d'or et de la dikê, justice humaine à ses yeux absente de la cité. Il s'exprimait avec véhémence contre les rancunes politiques qui séparent les partisans de l'aristocratie (dont il fait partie) et les partisans de la démocratie. Il est cité par Socrate au Livre Premier des Mémorables, et au Chapitre II du Banquet de Xénophon : « L'honnête homme du bien te montre le sentier ; Le méchant te corrompt et te perd tout entier. »

Aristote rapporte comme un proverbe que Théognis soutenait que l'on peut retirer quelque entraînement à la vertu de la vie en compagnie des hommes dans ses vers : Des gens de bien viennent les bonnes manières. On conserve aussi quelques vers érotiques qui lui sont attribués, ainsi que la sentence issue de ses Elégies selon laquelle les médecins méritent des honoraires particuliers s'ils guérissent la perversité et l'aveuglement.

Ses citations

(6)
  • Garde-toi de t'ouvrir de tes desseins à tous tes amis indifféremment. Bien peu, dans le nombre, ont un cœur fidèle.

    Sentences, 73-74
  • Garde-toi bien de confier tes projets à un mauvais, au moment de prendre quelque grave résolution. Va demander le conseil d'un honnête homme et, pour le rencontrer, ne crains pas de te donner beaucoup de peine, et de faire de tes pieds beaucoup de chemin.

    Sentences, 69-72
  • Parais l'ami de tous en paroles ; mais, quand il s'agira d'affaires sérieuses, n'aie de communauté avec aucun.

    Sentences, 61
  • Des bons tu n'apprendras rien que de bon ; mais, si tu te mêles aux méchants, tu perdras même ce que tu avais de sens.

    Sentences, 27
  • Ne fréquente point les mauvais ; ne t'attache qu'aux bons ; avec eux mange et bois, près d'eux seuls consens à t'asseoir ; cherche à plaire à ceux dont la puissance est grande.

    Sentences, 27
  • Sois sage, et garde-toi de rechercher, par des actes honteux ou injustes, les honneurs, la puissance, la fortune.

    Sentences, 27

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus