Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant II, vers 35-49

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant II
Tèlémaque prend la parole et répond que c'est lui qui a convoqué l'Assemblée des conscrits
35
Ainsi introduisit-il (les débats) et le fils bien-aimé d’Ulysse se réjouit de son souhait ; il ne resta donc pas plus longtemps assis1 et il leva d’abord la main pour demander la parole, puis il se mit debout et alla se placer au milieu de l'orchestre2 ; alors Pisénor, un héraut d’armes confirmé, prudent et de très bon conseil, lui remit en main le bâton-témoin3 donnant (droit à) la parole.
39
Ensuite, se tournant tout d’abord vers le Vétéran, Tèlémaque pris la parole :
40
« Mon Vétéran, c’est un homme du rang, il n’est pas loin, tu peux le voir à l’instant celui qui a rassemblé la troupe ; une grande douleur l’accable, c’est moi !
42
Il ne s’agit pas d’un signal codé reçu relatif au retour de nos troupes que je vous rapporterais en langage clair et dont j’aurais eu la primeur, ni de quelqu'autre affaire d’intérêt général que j’aurais à dévoiler ou dont j’aurais à m’expliquer en public,
45
— d’abord j’ai, pour malheur premier, perdu mon admirable père qui naguère régnait sur vous tous ici rassemblés d’un esprit paternel tellement bienveillant ;
48
— derechef, maintenant s’y ajoute un second (qui rend le premier) bien pire et qui, un jour prochain, fera couler à pic ma maisonnée tout entière, la fera mourir de faim par privation complète de subsistance.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Β
35
Ὣς φάτο χαῖρε δὲ φήμῃ Ὀδυσσῆος φίλος υἱός, οὐδ᾽ἄρ᾽ἔτι δὴν ἧστο μενοίνησεν δ᾽ἀγορεύειν στῆ δὲ μέσῃ ἀγορῇ· σκῆπτρον δέ οἱ ἔμβαλε χειρὶ κῆρυξ Πεισήνωρ πεπνυμένα μήδεα εἰδώς.
39
Πρῶτον ἔπειτα γέροντα καθαπτόμενος προσέειπεν :
40
« Ὦ γέρον, οὐχ ἑκὰς οὗτος ἀνήρ, τάχα δ᾽εἴσεαι αὐτός, ὃς λαὸν ἤγειρα μάλιστα δέ μ᾽ἄλγος ἱκάνει.
42
Οὔτε τιν᾽ἀγγελίην στρατοῦ ἔκλυον ἐρχομένοιο, ἥν χ᾽ὑμῖν σάφα εἴπω, ὅτε πρότερός γε πυθοίμην, οὔτε τι δήμιον ἄλλο πιφαύσκομαι οὐδ᾽ἀγορεύω,
45
ἀλλ᾽ἐμὸν αὐτοῦ χρεῖος, ὅ μοι κακὰ ἔμπεσεν οἴκῳ δοιά· τὸ μὲν πατέρ᾽ἐσθλὸν ἀπώλεσα, ὅς ποτ᾽ἐν ὑμῖν τοίσδεσσιν βασίλευε πατὴρ δ᾽ὣς ἤπιος ἦεν·
48
νῦν δ᾽αὖ καὶ πολὺ μεῖζον, ὃ δὴ τάχα οἶκον ἅπαντα πάγχυ διαρραίσει βίοτον δ᾽ἀπὸ πάμπαν ὀλέσσει.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus