Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Auteurs de la Grèce antique

Ménandre

Biographie

Ménandre est un auteur comique grec qui fleurit dans le dernier quart du IVe siècle av. J.-C.. Il est considéré comme le plus grand représentant de la Nouvelle Comédie, ou Néa.

Ménandre naquit dans une famille aisée. Il semble qu'il ait suivi l'enseignement du philosophe et savant Théophraste, successeur d'Aristote au Lycée et auteur des Caractères. Il fut aussi l'ami d'Épicure qu'il fréquenta dès l'enfance. Au contact de ces personnalités éminentes, Ménandre acquit probablement un sens psychologique aigu qui lui permit de peindre les personnages de ses pièces avec une aisance et une justesse qui ont fait sa gloire jusqu'à la fin de l'Antiquité.

Dans l'Antiquité, Ménandre fut un véritable modèle culturel. Des documents archéologiques montrent un bon nombre d'affiches de ses comédies. Il était étudié dans les écoles, spécialement pour sa rhétorique et pour ses sentences morales, qu'on détachait de ses œuvres et dont on composa, en les mêlant à des vers sententiels tirées d'autres auteurs, un recueil gnomique à l'usage des classes.

De ces œuvres connues, il n'existe que de courts fragments pour la plupart, et le contenu des autres ne se laisse conjecturer qu'à partir des adaptations romaines. Les titres sont donnés ici par ordre alphabétique de leur translittération du grec. Certains titres chez Ménandre correspondent à des types psychologiques décrits par Théophraste, dans son ouvrage Les Caractères.

Œuvres

Les Frères, L'Andrienne, Le Bourru, Les Sicyoniens

Ses citations

(66)
  • Un homme de sang-froid supporte l'injustice avec quelque vaillance. Or la colère prouve une âme en déchéance.

    Le Paysan
  • Un pauvre, ô Gorgias, est objet de mépris même s'il parle juste, car on pense toujours qu'il recherche un profit.

    Le Paysan
  • Ô Zeus, dieu vénéré, terrible est l'espérance !

    Le Patron de navire
  • Quand on aime on devient un être bien meilleur.

    Le Patron de navire
  • Quel gâchis ! La nature était pour lui si bonne, et voici que l'argent vient débaucher notre homme !

    L'Olynthienne
  • Un cheval irascible, un fruit au goût infâme : j'ai défini la femme !

    Le Mysogyne
  • Si tu ne fais que poser dans la balance le fardeau des chagrins, sans jamais faire cas des points avantageux, l'hymen te semblera la pire des démences.

    Le Mysogyne
  • Tu prétends que la femme est une dépensière. L'économie n'est point le fort du mariage, j'en conviens. Mais celui qui prête ce serment sera comblé de biens, il aura des enfants.

    Le Mysogyne
  • Ne baissons pas les bras quand l'ennui nous étreint. Quand un tourment survient, il peut en naître un bien.

    Les Lutteurs
  • Les pauvres gens sont un présent des dieux.

    La Leucadienne
  • Si les pauvres gens sont venus nous visiter, c'est parce qu'ils sont mus par la divinité.

    La Leucadienne
  • Je n'écoute pas ceux dont la main est tendue pour recevoir de l'or. Par leur comportement, je sens bien que le mal les a vite vaincus.

    La Leucadienne
  • Prenez garde à la Loi et vous serez indemne.

    le Législateur
  • La Loi doit sévir, et, pour ne point la subir, en la redoutant, rendez-la vous familière ! Vous ne subirez pas, de ce fait, sa colère.

    le Législateur
  • Un lien solide existe entre vie et souffrance ; la douleur s'insinue même dans l'opulence ; même sous les lauriers de gloire elle survient. Et pour les indigents c'est un rude gardien qui vous retient toujours sans nulle complaisance.

    La Joueuse de flûte
  • Oui, le raisonnement, belle chose, mon père ! Par le raisonnement, on règle ses affaires. C'est par lui qu'on devient un magistrat modèle, Un grand législateur, un général aussi, un homme généreux dévoué à autrui.

    Les Imbriens
  • C'est le tempérament qui est persuasif, ce n'est pas le propos.

    Hydrie
  • Il suffit d'un champ pour être nourri au mieux. Car des clients n'attirent que les envieux. Certes, dans la cité, tout paraît bel et bon, mais bien vite pourtant les charmes se défont.

    Hydrie
  • Solitude ! Ah ! la belle condition pour celui qui refuse une vie déréglée ; c'est vrai, je vous avoue ma satisfaction de me voir entouré de tout ce qui me plaît.

    Hydrie
  • Il serait plus normal et plus juste vraiment, qu'à un être bien né s'ajoute un corps parfait, enfin qu'un homme libre ait de doux sentiments.

    Le Héros

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus