Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Citations de la Grèce antique
Citation n°2733

Époque

IVe siècle av. J.-C.

Commentaire

Alexandre vint à Corinthe. Les premiers hommes de la république, les gens de lettres, les philosophes, s’empressèrent de grossir sa cour. Il espérait voir arriver Diogène ; mais celui-ci ne songeait pas seulement à Alexandre, et se chauffait au soleil dans le Cranée. Le prince prit le parti d'aller lui-même trouver le philosophe. « Que puis-je faire pour toi ? lui dit-il en l'abordant. — Te ranger un peu mon soleil, répondit le cynique. » Alexandre, brillant de tout l'éclat de la grandeur, estima celui qui le méprisait ; et comme ses courtisans croyaient l'amuser en se moquant du philosophe : « Si je n'étais Alexandre, leur dit-il, je serais Diogène ». Alexandre voulait être maître du monde ; Diogène avait une prétention plus fière, celle d'être indépendant du monde entier.

Thème

Date d'ajout

Le mercredi 31 mai 2017 à 12:00

Citations similaires

  • La nécessité ce qu’il y a de plus puissant : elle triomphe de tout.

  • L’esprit ce qu’il y a de plus rapide : il se répand à travers toutes choses.

  • L'espace est ce qu’il y a de plus grand : il embrasse tout.

  • La pratique ne réside pas dans la seule mortification du corps ; en effet, celle-ci ne met pas fin au mal causé à autrui ni ne lui est profitable.

  • Hermippe attribue à Thalès ces paroles que d’autres mettent dans la bouche de Socrate : « Je remercie la fortune de trois choses : d’être membre de l’espèce humaine plutôt que bête ; d’être homme plutôt que femme ; d’être Grec et non barbare. »

  • En vain la calomnie voudrait-elle abreuver ses vertus ; les gens de bien la réduisent au silence : ainsi la fumée disparaît sous une ondée bienfaisante.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus