Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Citations de la Grèce antique
Citation n°2733

Époque

IVe siècle av. J.-C.

Commentaire

Alexandre vint à Corinthe. Les premiers hommes de la république, les gens de lettres, les philosophes, s’empressèrent de grossir sa cour. Il espérait voir arriver Diogène ; mais celui-ci ne songeait pas seulement à Alexandre, et se chauffait au soleil dans le Cranée. Le prince prit le parti d'aller lui-même trouver le philosophe. « Que puis-je faire pour toi ? lui dit-il en l'abordant. — Te ranger un peu mon soleil, répondit le cynique. » Alexandre, brillant de tout l'éclat de la grandeur, estima celui qui le méprisait ; et comme ses courtisans croyaient l'amuser en se moquant du philosophe : « Si je n'étais Alexandre, leur dit-il, je serais Diogène ». Alexandre voulait être maître du monde ; Diogène avait une prétention plus fière, celle d'être indépendant du monde entier.

Thème

Date d'ajout

Le mercredi 31 mai 2017 à 12:00

Citations similaires

  • Les chants des poètes sont, pour le triomphateur, aussi délicieux que le miel.

  • Puisqu'il n’existe aucun phénomène qui ne soit une production dépendante, il n’existe aucun phénomène qui ne soit vide.

  • Nous appelons vacuité ce qui apparaît en dépendance. Cela est une désignation dépendante. C’est la voie du milieu.

  • Ceux qui veulent être plus généreux qu'ils ne le peuvent, commettent d'abord la faute de frustrer leurs proches d'un bien qu'ils auraient dû partager avec eux ou leur laisser en héritage, plutôt que d'en gratifier des étrangers.

  • On n'est pas libéral quand on est injuste.

  • La navigation la meilleure est à voiles : sinon il faudra bien vous résoudre à des rames.

  • Celui pour qui agir est une chose vile ne devrait pas manger. Par de telles manières Je crois que cette vie sur terre est inutile. Il ne mérite pas les repas qu'il savoure.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus