Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant XII, vers 59-72

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant XII
Les Sirènes, Charybde et Scylla, les bovidés du soleil
Circè informe Ulysse de ses épreuves à venir : deux écueils : les roches errantes
59
D'une part, en effet, il y a là des rochers qui s'avancent et surplombent (comme un toit la mer) et contre eux, se fracasse une grande houle d'Amphitrite au visage/regard bleu marine ;
61
Les dieux bienheureux les appellent, cela leur plaît, c'est certain, les Roches errantes (les Bourlin-gueuses).
62
D'une part, ni les oiseaux ne les dépassent ni les farouches colombes ne les contournent,
63
elles qui apportent l'Ambroisie à Zeus le père,
64
mais paradoxalement, fréquemment aussi, la roche lisse en fait tomber l'une d'elle ;
65
mais Zeus le père en complète le nombre par une autre.
66
Il n'est pas possible qu'un navire des hommes s'en échappent, ou bien qu'un (navire) y aborde
67
mais, au contraire, aussi bien les épaves des navires que les corps des héroïques marins, les vagues de la mer et les tempêtes au feu (du ciel) mortel les emportent.
69
Seule un navire bien connu, sillonnant la mer (méditerranée) a déjà pu assurément les franchir :
70
(Il s'agit de la nef) Argo chantée par tous (les aèdes), revenant d'Aiètès et l'Océan l'aurait bien jetée contre ces grands rochers si Héra ne l'avait accompagnée puisque Jason lui était cher.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Λ
Σειρῆνες. Σκύλλα, Χάρυβδις. Βόες Ἡλίου.
59
Ἔνθεν μὲν γὰρ πέτραι ἐπηρεφέες, προτὶ δ᾽αὐτὰςκῦμα μέγα ῥοχθεῖ κυανώπιδος Ἀμφιτρίτης
61
Πλαγκτὰς δή τοι τάς γε θεοὶ μάκαρες καλέουσι.
62
Τῇ μέν τ᾽οὐδὲ ποτητὰ παρέρχεται οὐδὲ πέλειαιτρήρωνες,
63
ταί τ᾽ἀμβροσίην Διὶ πατρὶ φέρουσιν,
64
ἀλλά τε καὶ τῶν αἰὲν ἀφαιρεῖται λὶς πέτρη
65
ἀλλ᾽ἄλλην ἐνίησι πατὴρ ἐναρίθμιον εἶναι.
66
Τῇ δ᾽οὔ πώ τις νηῦς φύγεν ἀνδρῶν, ἥ τις
67
ἀλλά θ᾽ὁμοῦ πίνακάς τε νεῶν καὶ σώματακύμαθ᾽ἁλὸς φορέουσι πυρός τ᾽ὀλοοῖο θύελλαι.
69
Οἴη δὴ κείνη γε παρέπλω ποντοπόρος νηῦς·
70
Ἀργὼ πᾶσι μέλουσα, παρ᾽Αἰήταο πλέουσακαὶ νύ κε τὴν ἔνθ᾽ὦκα βάλεν μεγάλας ποτὶ πέτρας,ἀλλ᾽Ἥρη παρέπεμψεν ἐπεὶ φίλος ἦεν Ἰήσων.
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus