Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

2678 citations | 100 auteurs | 6 régions
Auteurs de la Grèce antique

Socrate

Biographie

Socrate est un philosophe grec connu comme l'un des créateurs de la philosophie morale. Il n'a laissé aucun écrit, mais sa pensée et sa réputation se sont transmises par des témoignages indirects. Ses disciples Platon et Xénophon ont notablement œuvré à maintenir l'image de leur maître, qui est mis en scène dans leurs œuvres respectives.

Déjà renommé de son vivant, Socrate est devenu l'un des penseurs les plus illustres de l'histoire de la philosophie. Sa condamnation à mort et sa présence très fréquente dans les dialogues de Platon ont contribué à faire de lui une icône philosophique majeure. La figure de Socrate a été discutée, reprise, et réinterprétée jusqu'à l'époque contemporaine. Socrate est ainsi célèbre au-delà de la sphère philosophique, et son personnage entouré de légendes.

En dépit de cette influence culturelle, très peu de choses sont connues avec certitude sur le Socrate historique. Les témoignages le concernant sont souvent discordants, et la restitution de la vie ou la pensée originelle de Socrate est une approche sur laquelle les spécialistes ne s'accordent pas.

Il existait avant Socrate des individus réputés pour être sages (sophoi), faisant preuve de sophia (c'est-à-dire de sagesse, de savoir, ou de savoir-faire). Ces sages, maîtres de vérité ou de sagesse, représentent une sorte d'aristocratie, tandis que les sophistes, qui affirment pouvoir enseigner le savoir à tous contre paiement, sont le versant démocratique de la sagesse. En s'opposant aux uns et aux autres, Socrate est le premier philosophe (philo-sophos), tel que le définit pour la première fois Platon dans le Banquet, c'est-à-dire celui qui est non sage, mais qui désire (philein) la sagesse, sachant qu'il ne sait rien. Individu inclassable, il provoque chez les autres le bouleversement de soi-même d'une façon irrationnelle. Cette remise en question de l'individualité se trouve dépassée dans le dialogue entre un individu et un autre, dialogue fondé sur la raison, pour atteindre l'universalité. Par la suite, pour toutes les écoles philosophiques de l'Antiquité, la figure du sage est avant tout un idéal. Et toutes, à l'exception de l'épicurisme, s'accordent pour reconnaître que Socrate, celui qui ignore qu'il est sage, est une incarnation de cet idéal.

Par la suite, une tradition a fait de Thalès de Milet le « premier philosophe », tandis qu'une autre tradition, remontant à Platon, Xénophon et Aristote, fait de Socrate le « père de la philosophie ». Thalès serait en effet le premier à attribuer aux phénomènes naturels des causes matérielles et non surnaturelles, alors que Socrate serait le premier à consacrer la réflexion philosophique aux affaires humaines, et non plus à l'étude de la nature. Cette tradition en vigueur chez les Anciens d'un Socrate comme père de la philosophie est à l'origine chez les Modernes de la désignation des philosophes qui l'ont précédé (ou qui sont parfois ses contemporains) comme « présocratiques ». Elle est aussi à l'origine de l'idée selon laquelle Socrate est le « fondateur de la science morale ». Mais c'est surtout l'exemplarité de sa vie et de sa mort au service de la philosophie qui en fait le père de celle-ci.

L'idée du cosmopolitisme est attribuée à Socrate par Plutarque : l'idée de patrie lui serait étrangère, même si Socrate a toujours gardé une tendresse pour sa ville natale.

Ses citations

(29)
  • On ne me dit pas d'injures si je n'ai pas les vices qu'on me reproche.

  • Bien des gens vivent pour boire et manger ; je bois et mange pour vivre.

  • J'admire que les sculpteurs mettent tout leur art à faire ressembler des pierres à des hommes, et que tant d'hommes ne fassent aucun effort pour ne pas ressembler à des pierres.

  • Ceux qui achètent à grands frais des fruits précoces, désesperent apparemment de vivre jusqu'à leur maturité. Sans cela, il serait absurde d'acheter cher de mauvaise marchandise, tandis qu'avec un peu de patience on pourrait l'avoir bonne et à bon marché.

  • Il n'y a pas de meilleure propriété que le loisir.

  • Ce qui est au-dessus de nous n'a rien de commun avec nous.

  • Si nous avons une statue à commander, nous nous adressons à l'artiste de qui nous avons déjà vu de bonnes statues : pour nous faire des amis, adressons-nous à des hommes que nous ayons déjà vus fidèles et utiles en amitié.

  • Il n'est pas de bien plus précieux qu'un excellent ami ; il n'en est aucun dont on tire plus de profit, ni qui donne plus de plaisir.

  • Le véritable imposteur est moins celui qui emprunte une somme d'argent qu'il ne peut rendre, que celui qui, sans connaissances et sans talent, se donne pour capable de conduire un État.

  • Quel est le moyen d'acquérir une bonne réputation ? C'est de se rendre tel que l'on veut paraître.

  • La plus honteuse et la plus dure des servitudes est celle du malheureux qui est de corps et d’âme esclave des plaisirs.

  • Il est honteux, en se mettant sous la servitude de la volupté, de se rendre tels que personne ne voudrait avoir de semblables esclaves.

  • Ce qu'il y a de meilleur devient aussi par l'habitude ce qu'il y a de plus agréable.

  • Les plaisirs de l'intempérance donnent des remords, conduisent à la honte, à la misère, et causent même au corps plus de souffrances qu'ils ne lui procurent de volupté.

  • Ceux qui s'exercent à la continence et à la frugalité ont plus de plaisir et moins de douleur que ceux qui prennent beaucoup de peine à rassembler de toutes parts de quoi assouvir leur appétit.

  • La faim est le meilleur des assaisonnements ; elle ne coûte rien, et rend agréables tous les mets.

  • Les dieux n'ont pas besoin de ce qui appartient aux hommes : ils considèrent les affections et non les richesses de ceux qui les implorent.

  • Demandez à un homme quel qu'il soit s'il veut être bon ou méchant ; et vous verrez certainement qu'il n'est personne qui préfère jamais être vicieux.

    La Grande Morale, I, X, 1
  • L'âme déréglée est comme un tonneau percé à cause de sa nature insatiable.

  • N'oublie jamais que tout est éphémère, alors tu ne seras jamais trop joyeux dans le bonheur, ni trop triste dans le chagrin.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus