Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

2678 citations | 100 auteurs | 6 régions
Auteurs de la Grèce antique

Hésiode

Biographie

Les seuls faits authentiquement connus sur Hésiode sont les événements consignés dans ses poèmes. À trois reprises dans Les Travaux et les Jours, il donne quelques éléments biographiques. Il faut y ajouter quelques vers de la Théogonie.

Hésiode serait né à Ascra, bourg de Béotie. Son père venait de Cymé en Éolie, contrée d'Asie Mineure située entre l'Ionie et la Troade. La tradition lui donne celui de Dios, mais cela s'explique par une interprétation fautive du passage « Πέρση, δῖον γένος / Pérsê, dĩon génos » comprise comme « Persès, fils de Dios » au lieu de « Persès, noble fils ». Il y possédait une petite entreprise de cabotage, qui le ruina. Il traversa donc la mer et se fixa à Ascra où il acheta un lopin de terre, au pied du mont Hélicon. Il y épousa Pycimède, avec qui il eut deux fils : Hésiode et Persès.

Hésiode s'est peint lui-même dans ses ouvrages comme partisan d'une existence sédentaire, observateur de la tempérance et de la justice, religieux jusqu'à la superstition, n'ambitionnant point la faveur des rois et se contentant de se rendre utile à ses concitoyens, à qui il prêchait la morale avec de beaux vers. Il est le créateur de la poésie didactique. Après sa mort, des statues furent érigées à Thespies, à Olympie ou encore sur l'Hélicon. Ses poèmes, chantés par les rhapsodes, devinrent très populaires et acquirent une grande renommée.

Hésiode a inspiré de nombreux poètes, parmi lesquels Virgile (dans ses Géorgiques), Caton l'Ancien (dans son De agri cultura) et Lucrèce.

Hésiode est principalement connu pour sa réécriture des mythes dans ses œuvres, la Théogonie et les Travaux et les Jours, sur lesquels il a longuement réfléchi. Il met ainsi les trois puissances principales : Gaïa, Nyx et Éros, au début du récit (sans préciser qu'elles naissent au début), en plus de Chaos, l'état originel mais indifférencié du monde. Auparavant, il existait une version de ces mythes par cité en Grèce ; la refondation d'Hésiode, si elle n'a pas éliminé les textes contradictoires (l'Odyssée), s'est imposée comme le meilleur récit des origines pour les Grecs anciens. Il est même considéré comme le meilleur poète face à Homère dans le Certamen, une œuvre qui le présente en situation de rivalité poétique avec Homère ; Homère emporte les suffrages du public par sa virtuosité, mais le prix est finalement accordé à Hésiode, qui a choisi de chanter l'harmonie des hommes et des saisons, quand Homère avait choisi un sujet guerrier. Hésiode tire son inspiration de multiples sources : son père cabotait en Asie, il a donc dû avoir des échos des mythes babyloniens. S'il repense le mythe, il le fait cependant dans la logique du mythe.

Œuvres

Théogonie, Les Travaux et les Jours

Ses citations

(81)
  • La renommée que les peuples nombreux répandent ne périt jamais, car, elle-même, elle est Déesse.

    Les Travaux et les Jours, II
  • La renommée est dangereuse ; on l’enlève aisément, on la porte avec peine et on la dépose difficilement.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Évite un mauvais renom parmi les mortels.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Ne laisse pas inachevée la maison que tu bâtis, de peur que la corneille criarde ne vienne parfois s'y asseoir en croassant.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Celui qui traverse un fleuve avec des mains impures, les dieux le prennent en haine et lui préparent des calamités dans l'avenir.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Ne traverse jamais à pied l'eau limpide des fleuves intarissables, avant d'avoir prié en regardant son beau cours, et d'avoir lavé tes mains dans cette belle eau claire.

    Les Travaux et les Jours, II
  • N'assiste pas d’un air morne aux festins publics qu'on célèbre à frais communs. Le plaisir en est très grand et la dépense en est très petite.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Si tu parles mal, on parlera de toi plus mal encore.

    Les Travaux et les Jours, II
  • La langue parcimonieuse est, certes, un trésor excellent parmi les hommes, et la grâce des paroles est toute dans leur mesure.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Abstiens-toi de jamais reprocher à personne la misérable pauvreté qui ronge l'âme et qui est un don des dieux immortels.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Ne sois ni le compagnon des mauvais, ni le calomniateur des bons.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Ne te vante pas d'être l'hôte de beaucoup, ou l'hôte de personne.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Que ton visage ne révèle pas ta pensée.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Si un ami commence à t'offenser par sa parole injurieuse, ou par action, souviens-toi de l'en punir deux fois ; mais s'il revient à ton amitié et veut t'offrir une satisfaction, reçois-la, car il est triste d'aller d'un ami à un autre ami.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Ne fais pas de ton ami l'égal de ton frère, mais, si tu le fais, ne lui cause aucun tort le premier.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Une femme irréprochable est le meilleur bien qui puisse échoir à un homme.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Sois prudent. Choisir l'occasion est le meilleur en toutes choses.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Quand les premières feuilles apparaissent au sommet du figuier, aussi peu visibles que les traces d’une corneille qui marche, alors la mer est praticable.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Vante une petite nef, mais n'en charge qu'une grande. Plus considérable est la charge, plus considérable est le gain, si, toutefois, les vents retiennent leurs souffles terribles.

    Les Travaux et les Jours, II
  • Si le désir de la navigation dangereuse te saisit, crains le temps où les Pléiades, fuyant la force terrible d'Oriôn, tombent dans la noire mer.

    Les Travaux et les Jours, II

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus