Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant XII, vers 240-259

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant XII
Les Sirènes, Charybde et Scylla, les bovidés du soleil - Eviter Charybde mais rencontrer Scylla !
240
Mais lorsqu'elle engloutissait l'eau salée de la mer,
241
elle laissait voir son intérieur mélangeant tout
242
et autour la roche vrombissait de façon terrifiante et laissait voir au fond la terre
243
et laissait voir au fond la terre sombre sablonneuse et la crainte s'emparaît de mes hommes, ils blèmissaient.
244
Tandis que nous la regardions (Charybde) craignant une abrupte fin,
245
pendant ce temps Scylla m'enlève six compagnons du navire à cale creuse, ceux qui étaient les plus robustes pour nager et aussi les plus courageux dans les combats.
247
Je regardai attentivement du côté du navire maniable et aussi, en même temps, dénombrai un à un mes compagnons.
248
Bientôt, j'aperçus au-dessus de moi leurs pieds et leurs mains s'élevant dans les airs
249
et ils hurlaient en m'appelant nominativement, assurément alors pour la dernière fois, le cœur désespéré.
251
De même que le pêcheur (posté) en surplomb de la mer avec une longue canne
252
préparant aux poissons de roche un appât trompeur à la place d'aliments,
253
il envoie dans la mer la corne d'une bête de somme
254
et ensuite les ayant attrapés, les jette au loin, frétillants hors de la mer,
255
de même, ils sont transportés, gesticulants dans les airs, sur les roches ;
256
et là, sur le seuil de l'anfractuosité, elle les dévore ; ils continuent de crier,
257
ils tendent leurs bras vers moi, dans une affreuse agonie !
258
En conclusion, ce spectacle est le plus pathétique, et il m'a été infligé de le voir de mes propres yeux,
259
de tous ceux comparables qui m'ont été racontés lorsque j'ai interrogé (des gens) à propos des détroits maritimes.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Λ
Σειρῆνες. Σκύλλα, Χάρυβδις. Βόες Ἡλίου.
240
Ἀλλ᾽ὅτ᾽ἀναβρόξειε θαλάσσης ἁλμυρὸν ὕδωρ, (cf. XII, 236)
241
πᾶσ᾽ἔντοσθε φάνεσκε κυκωμένη
242
δὲ πέτρηδεινὸν ἐβεβρύχει ὑπένερθε δὲ γαῖα φάνεσκε
243
ψάμμῳ κυανέη τοὺς δὲ χλωρὸν δέος ᾕρει.
244
Ἡμεῖς μὲν πρὸς τὴν ἴδομεν δείσαντες ὄλεθρον,
245
τόφρα δέ μοι Σκύλλη γλαφυρῆς ἐκ νηὸς ἑταίρουςἓξ ἕλεθ᾽οἳ χερσίν τε βίηφί τε φέρτατοι ἦσαν.
247
Σκεψάμενος δ᾽ἐς νῆα θοὴν ἅμα καὶ μεθ᾽ἑταίρους.
248
Ἤδη τῶν ἐνόησα πόδας καὶ χεῖρας ὕπερθενὑψόσ᾽ἀειρομένων :
249
ἐμὲ δὲ φθέγγοντο καλεῦντεςἐξονομακλήδην, τότε γ᾽ὕστατον, ἀχνύμενοι κῆρ.
251
Ὡς δ᾽ὅτ᾽ἐπὶ προβόλῳ ἁλιεὺς περιμήκεϊ ῥάβδῳ
252
ἰχθύσι τοῖς ὀλίγοισι δόλον κατὰ βάλλω
253
νἐς πόντον προΐησι βοὸς κέρας ἀγραύλοιο,
254
ἀσπαίροντα δ᾽ἔπειτα λαβὼν ἔρριψε θύραζε,
255
ὣς οἵ γ᾽ἀσπαίροντες ἀείροντο προτὶ πέτρας·
256
αὐτοῦ δ᾽εἰνὶ θύρῃσι κατήσθιε κεκληγῶτας
257
χεῖρας ἐμοὶ ὀρέγοντας ἐν αἰνῇ δηιοτῆτι :
258
Οἴκτιστον δὴ κεῖνο ἐμοῖς ἴδον ὀφθαλμοῖσι
259
πάντων ὅσσ᾽ἐμόγησα πόρους ἁλὸς ἐξερεείνων.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus