Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Auteurs de la Rome antique

Tibulle

Biographie

Tibulle est un poète romain élégiaque. Avec Virgile et Horace, c'est un des inventeurs de la poésie champêtre.

Tout ce qu'on sait de Tibulle, c'est ce que nous en disent ses Élégies ainsi qu'un passage d'Horace et une biographie anonyme tardive. Il naît vers 50 av. J.-C. dans une famille équestre (riches chevaliers) campagnarde et aisée, mais dont la fortune avait été sérieusement écornée par les redistributions de terres aux vétérans en 41 av. J.-C., mesure qui toucha également Virgile, Horace et Properce. La propriété familiale se situait sur le territoire de Pedum, entre Tibur et Préneste. On suppose qu'il perdit son père dès sa plus jeune enfance et qu'il fut élevé entre sa mère et sa sœur. Tibulle était l'un des poètes les plus distingués du siècle d'Auguste. D'après les textes, il était un homme beau et riche et serait venu à Rome à l'âge de ses études.

Marcus Valerius Messalla Corvinus fut son protecteur constant et fit de lui un des favoris de son cercle. Tibulle prit part aux deux expéditions militaires menées par Messalla en Gaule et en Orient.

Son amitié avec Horace est attestée par les deux pièces que ce dernier lui adressa. Sa mort suivit de très près celle de Virgile, et la quasi-simultanéité de ces deux disparitions ne manqua pas de frapper les esprits.

Le Corpus Tibullianum nous a transmis sous son nom 4 livres d'élégies, dont seuls les deux premiers sont aujourd'hui considérés comme authentiques. Le poète chante ses amours tumultueuses pour deux femmes sadomasochistes, Délie et Némésis, ainsi que pour un jeune garçon du nom de Marathus. Tel est du moins l'alibi.

Œuvres

Élégies

Ses citations

(4)
  • Détournez vos regards, vous, homme ou femme, qui vous trouvez sur ma route ; Vénus veut que ses larcins soient cachés.

    Élégies, I, 2, 30
  • Celui que l'amour possède peut aller partout sans crainte, il est sacré.

    Élégies, I, 2, 25
  • Une petite récolte me suffit, si je puis me reposer sur un lit familier et délasser mes membres sur ma couche habituelle !

    Élégies, I, 1, 43
  • Qu'un autre amoncelle les richesses de l'or fauve et possède mille arpents d'un sol bien cultivé, il tremblera au milieu d'un labeur assidu devant l'ennemi voisin et les accents des trompettes de Mars chasseront le sommeil loin de lui !

    Élégies, I, 1, 1

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus