Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant IV, vers 703-720

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant IV
Les événements à Ithaque - Pènélope est effondrée. Ses dames de compagnie la plaignent en hululant.
703
Ainsi l'avertit-il si bien que ses genoux flanchèrent et que son cœur palpita
704
et longtemps l'impossibilité de parler la saisit puis ses yeux
705
s'emplirent de larmes et sa voix d'ordinaire volubile trébucha.
706
Elle finit par lui répondre, par souci des conventions :
707
«Héraut, pourquoi donc mon fils m'a-t-il quitté ?
708
Il n'y avait aucun besoin pour lui de monter sur des navires rapides
709
qui sont pour les soldats les chevaux de la mer et qui traversent les grands espaces humides.
710
Assurément pour que son nom ne le cède en rien selon le jugement des hommes !
711
Or, Médôn, dont la maturité se lit sur le visage, lui répondit ensuite :
712
«Je ne sais si quelque divinité l'a inspiré
713
ou bien si sa propre motivation l'a poussé à aller vers Pylos afin d'entendre parler
714
de son père qu'il soit sur le chemin du retour ou que quelque destin l'ait entraîné.
715
Ayant fini de parler, il redescendit dans les parties communes du palais d'Ulysse.
716
Alors une douleur atroce étreint Pénélope à en perdre la raison
717
et ne pouvant même plus la supporter, elle s'appuya contre un siège, (comme) il y en avait beaucoup dans sa maison
718
mais enfin elle s'assit sur le seuil de sa chambre, qui a demandé beaucoup (d'heures) de travail, en se lamentant avec de grands gémissements dignes de compassion
719
et toutes ses servantes qui étaient dans son appartement hululent autour d'elle, les jeunes comme les plus âgées.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας δ
Τὰ ἐν Ἰθάκηι.
703
Ὣς φάτο τῆς δ᾽αὐτοῦ λύτο γούνατα καὶ φίλον ἦτορ
704
Ὣς φάτο τῆς δ᾽αὐτοῦ λύτο γούνατα καὶ φίλον ἦτορ
705
δακρυόφι πλῆσθεν θαλερὴ δέ οἱ ἔσχετο φωνή.
706
Ὀψὲ δὲ δή μιν ἔπεσσιν ἀμειβομένη προσέειπε·
707
Κῆρυξ, τίπτε δέ μοι πάϊς οἴχεται;
708
οὐδέ τί μιν χρεὼ νηῶν ὠκυπόρων ἐπιβαινέμε
709
αἵ θ᾽ἁλὸς ἵπποι ἀνδράσι γίγνονται περόωσι δὲ πουλὺν ἐφ᾽ὑγρήν.
710
Ἦ ἵνα μηδ᾽ὄνομ᾽αὐτοῦ ἐν ἀνθρώποισι λίπηται :
711
Τὴν δ᾽ἠμείβετ᾽ἔπειτα Μέδων πεπνυμένα εἰδώς
712
«Οὐκ οἶδ᾽ἤ τίς μιν θεὸς ὤρορεν,
713
ἦε καὶ αὐτοῦ θυμὸς ἐφωρμήθη ἴμεν ἐς Πύλον ὄφρα πύθηται
714
πατρὸς ἑοῦ ἢ νόστον ἢ ὅν τινα πότμον ἐπέσπεν.
715
Ὣς ἄρα φωνήσας ἀπέβη κατὰ δῶμ᾽Ὀδυσῆος.
716
Τὴν δ᾽ἄχος ἀμφεχύθη θυμοφθόρον
717
οὐδ᾽ἄρ᾽ἔτ᾽ἔτλη δίφρωι ἐφέζεσθαι πολλῶν κατὰ οἶκον ἐόντων
718
ἀλλ᾽ἄρ᾽ἐπ᾽οὐδοῦ ἷζε πολυκμήτου θαλάμοιο οἴκτρ᾽ὀλοφυρομένη
719
περὶ δὲ δμωιαὶ μινύριζον πᾶσαι ὅσαι κατὰ δώματ᾽ἔσαν νέαι ἠδὲ παλαιαί.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus