Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant II, vers 321-335

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant II
Les prétendants se moquent ouvertement de Tèlémaque
321
Ainsi prévint-il et il retira sa main de la main d’Antinoos qui ne la retint pas ; or, les exigeants bourdons se préparaient pour le repas, chacun dans son appartement et, ils se moquaient de lui et l’outrageaient verbalement (chacun de son côté).
324
Et voici, par exemple, ce que disait l’un de ces jeunes hobereaux railleurs :
325
« Assurément Tèlémaque médite du mieux qu’il peut notre mort ; qu’il ramène de Pylos quelques complices prêts à faire couler le sang ou réellement aussi de Sparte, puisqu'il veut justement y aller obstinément ;
328
ou bien qu’il veuille aussi se rendre jusqu'en Ephyre, région aux champs fertiles, pour en rapporter des potions qui agissent sur le cœur, en verser dans un cratère et nous exterminer. »
331
Or un autre de ces jeunes hobereaux sarcastiques se disait d'autre part :
332
« Qui sait si, embarqué lui-même aussi sur son navire à cale close loin de ses proches, il ne périra pas après avoir erré précisément comme Ulysse ?
333
Ainsi aurions-nous aussi plus de tracasseries supplémentaires ;
335
car nous aurions à nous répartir toutes ses richesses et nous céderions incidemment à sa mère et à celui qu’elle aurait choisi pour époux, en toute propriété, son palais. »
Οδύσσεια
Οδύσσεια Β
321
Ἦ ῥα καὶ ἐκ χειρὸς χεῖρα σπάσατ᾽Ἀντινόοιο ῥεῖα· μνηστῆρες δὲ δόμον κάτα δαῖτα πένοντο oἱ δ᾽ἐπελώβευον καὶ ἐκερτόμεον ἐπέεσσιν.
324
Ὧδε δέ τις εἴπεσκε νέων ὑπερηνορεόντων :
325
« Ἦ μάλα Τηλέμαχος φόνον ἡμῖν μερμηρίζει· ἤ τινας ἐκ Πύλου ἄξει ἀμύντορας ἠμαθόεντος ἢ ὅ γε καὶ Σπάρτηθεν, ἐπεί νύ περ ἵεται αἰνῶς·
328
ἠὲ καὶ εἰς Ἐφύρην ἐθέλει, πίειραν ἄρουραν, ἐλθεῖν, ὄφρ᾽ἔνθεν θυμοφθόρα φάρμακ᾽ἐνείκῃ, ἐν δὲ βάλῃ κρητῆρι καὶ ἡμέας πάντας ὀλέσσῃ. »
331
Ἄλλος δ᾽αὖτ᾽εἴπεσκε νέων ὑπερηνορεόντων :
332
« Τίς δ᾽οἶδ᾽εἴ κε καὶ αὐτὸς ἰὼν κοίλης ἐπὶ νηὸς τῆλε φίλων ἀπόληται ἀλώμενος ὥς περ Ὀδυσσεύς ;
333
Οὕτω κεν καὶ μᾶλλον ὀφέλλειεν πόνον ἄμμιν·
335
κτήματα γάρ κεν πάντα δασαίμεθα οἰκία δ᾽αὖτε τούτου μητέρι δοῖμεν ἔχειν ἠδ᾽ὅς τις ὀπυίοι.»
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus