Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant I, vers 80-95

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant I
Athéna demande de missionner Hermès pour libérer Ulysse ; Elle ira motiver Tèlémaque.
80
Puis, la déesse (des Sciences) aux yeux qui voient l’invisible Harmonie, Athéna, lui répondit alors :
81
« Ô notre Père, fils de Cronos, le Premier des dieux,
82
s’il est maintenant agréable aux dieux bienheureux qu’Ulysse l’expérimenté retourne en sa maison,
84
hâtons-nous de missionner Hermès, le Messager Argiphonte, vers l’île d’Ogygie,
85
afin qu’il rapporte au plus vite à la Nymphe aux beaux cheveux bouclés le décret infaillible de nos délibérations,
87
le retour de l’endurant Ulysse, comme il était écrit qu’il reviendrait chez lui.
88
Néanmoins, j’irai maintenant, quant à moi, en Ithaque, pour que je motive davantage son fils et que je lui mette en tête l’idée de convoquer à l’Agora les Achéens aux casques portant crinière1 pour destituer tous les prétendants qui égorgent sans cesse, en grand nombre, ses moutons, brebis comprises, et autres bêtes à cornes et à sabots, sujets à la boiterie2.
93
Je l’enverrai à Sparte3 et aussi à Pylos-sur-Amathus4, pour s’informer du retour de son père bien-aimé, (apprendre) où il était aux dernières nouvelles et afin que lui-même acquière une réputation de constance parmi les hommes.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Α
80
Τὸν δ᾽ ἠµείβετ᾽ ἔπειτα θεὰ γλαυκῶπις Ἀθήνη·
81
« Ὦ πάτερ ἡµέτερε, Κρονίδη, ὕπατε κρειόντων,
82
εἰ µὲν δὴ νῦν τοῦτο φίλον µακάρεσσι θεοῖσιν, νοστῆσαι Ὀδυσῆα δαΐφρονα ὅνδε δόµονδε·
84
Ἑρµείαν µὲν ἔπειτα, διάκτορον Ἀργειφόντην, νῆσον ἐς Ὠγυγίην ὀτρύνοµεν,
85
ὄφρα τάχιστα νύµφῃ ἐϋπλοκάµῳ εἴπῃ νηµερτέα βουλὴν,
87
νόστον Ὀδυσσῆος ταλασίφρονος, ὥς κε νέηται.
88
Αὐτὰρ ἐγὼν Ἰθάκην δ᾽ἐλεύσοµαι, ὄφρα οἱ υἱὸν µᾶλλον ἐποτρύνω καὶ οἱ µένος ἐν φρεσὶ θείω, εἰς ἀγορὴν καλέσαντα καρη κοµόωντας Ἀχαιοὺς πᾶσι µνηστήρεσσιν ἀπειπέµεν, οἵ τε οἱ αἰεὶ µῆλ᾽ ἀδινὰ σφάζουσι καὶ εἰλίποδας ἕλικας βοῦς.
93
Πέµψω δ᾽ἐς Σπάρτην τε καὶ ἐς Πύλον ἠµαθόεντα, νόστον πευσόµενον πατρὸς φίλου, ἤν που ἀκούσῃ, ἠδ᾽ ἵνα µιν κλέος ἐσθλὸν ἐν ἀνθρώποισιν ἔχῃσιν. »
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus