Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Citations de la Grèce antique
Citation n°2022
  • Vous serez gracieux et bienveillant, si vous n'apportez pas dans vos relations une humeur querelleuse et chagrine, si vous ne vous montrez pas sans cesse en dissentiment avec ceux qui vous entourent.

Source

Conseils à Démonique, 31

Époque

Ve siècle av. J.-C.

Traducteur

Aimé Marie Gaspard de Clermont-Tonnerre

Commentaire

Citation complète : Vous serez gracieux et bienveillant, si vous n'apportez pas dans vos relations une humeur querelleuse et chagrine, si vous ne vous montrez pas sans cesse en dissentiment avec ceux qui vous entourent ; si vous ne repoussez pas avec dureté l'emportement, même injuste, de ceux qui vivent dans votre intimité; si vous les ménagez lorsqu'ils sont irrités, attendant, pour leur adresser des reproches, que leur colère soit calmée ; si vous n'affectez pas d'être sérieux dans les conversations plaisantes, ou plaisant dans les entretiens sérieux (ce qui est hors de propos blesse toujours) ; si, lorsque vous rendez un service, vous ne négligez pas d'unir la grâce au bienfait, comme il arrive à la plupart des hommes, qui obligent leurs amis, mais qui le font d'une manière qui leur est désagréable ; si l'on ne voit pas en vous, pour la dispute, un penchant toujours difficile à supporter, et une tendance irritante pour les reproches.

Traduction complète : Ὁμιλητικὸς δ' ἔσει μὴ δύσερις ὢν μηδὲ δυσάρεστος μηδὲ πρὸς πάντας φιλόνικος, μηδὲ πρὸς τὰς τῶν πλησιαζόντων ὀργὰς τραχέως ἀπαντῶν, μηδ' ἂν ἀδίκως ὀργιζόμενοι τυγχάνωσιν, ἀλλὰ θυμουμένοις μὲν αὐτοῖς εἴκων, πεπαυμένοις δὲ τῆς ὀργῆς ἐπιπλήττων· μηδὲ παρὰ τὰ γελοῖα σπουδάζων, μηδὲ παρὰ τὰ σπουδαῖα τοῖς γελοίοις χαίρων· τὸ γὰρ ἄκαιρον πανταχοῦ λυπηρόν· μηδὲ τὰς χάριτας ἀχαρίστως χαριζόμενος, ὅπερ πάσχουσιν οἱ πολλοὶ, ποιοῦντες μὲν, ἀηδῶς δὲ τοῖς φίλοις ὑπουργοῦντες· μηδὲ φιλαίτιος ὢν, βαρὺ γὰρ, μηδὲ φιλεπιτιμητὴς, παροξυντικὸν γάρ.

Thème

Date d'ajout

Le vendredi 30 octobre 2015 à 15:00

Citations similaires

  • Il faut proportionner ses bienfaits au mérite ; quand on veut obliger un homme, il faut considérer ses mœurs, ses dispositions envers nous, il faut avoir égard à nos rapports mutuels, aux services qu'il peut nous avoir rendus.

  • Il y a aussi des hommes, et le nombre en est grand, qui sont généreux non par bonté de cœur, mais par fausse gloire.

  • Promettre de ne faire aucun acte mauvais, belle entrée dans ce monde !

  • Les mortels perdent bientôt la mémoire des faits auxquels la poésie n'a point imprimé le sceau de l'immortalité.

  • Grande est la différence entre relâcher et dissoudre.

  • Les biens qui ont pu être donnés peuvent aussi être repris.

  • Faire des reproches à qui a besoin de secours, c’est le désespérer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus