Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Citations de la Rome antique
Citation n°3052
  • Après un baiser pris, si tu ne prends pas le reste, tu mérites de perdre les faveurs même qui te furent accordées.

Source

L'Art d'aimer, I

Époque

Ier siècle av. J.-C.

Traducteur

Désiré Nisard

Commentaire

Citation complète : Après un baiser pris, si tu ne prends pas le reste, tu mérites de perdre les faveurs même qui te furent accordées. Que te manquait-il, dès lors, pour l'accomplissement, de tous tes vœux ? Quelle pitié ! ce n'est pas la pudeur qui t'a retenu ; c'est une stupide maladresse. C'eût été lui faire violence, dis-tu ? Mais cette violence plaît aux belles, ce qu'elles aiment à donner, elles veulent encore qu'on le leur ravisse. Toute femme, prise de force dans l'emportement de la passion, se réjouit de ce larcin : nul présent n'est plus doux à son cœur. Mais lorsqu'elle sort intacte d'un combat où on pouvait la prendre d'assaut, en vain la joie est peinte sur son visage, la tristesse est dans son cœur. Phoebé fut violée ; Ilaïre, sa sœur, le fut aussi ; cependant l'une et l'autre n'en aimèrent pas moins leurs ravisseurs.

Thème

Date d'ajout

Le mercredi 26 septembre 2018 à 12:00

Citations similaires

  • L'Amour, cet enfant volage, sans cesse errant dans le vaste univers : il est léger : il a deux ailes pour s'envoler : comment arrêter son essor ?

  • S'il est glorieux de faire des conquêtes, il ne l'est pas moins de les garder : l'un est souvent l'ouvrage du hasard, l'autre est un effet de l'art.

  • Ne t'abandonne point à des amours effrénées ; non, l'amour n'est point un dieu ; il est de toutes les passions la plus dangereuse et la plus funeste.

  • Il n'est point d'amour qui résiste aux cadeaux.

  • Tu ne pourrais sans danger vanter à ton ami l'objet de ton amour : s'il croit à tes éloges, il devient aussitôt ton rival.

  • Ne crains pas de faire des serments : les vents emportent à la surface de la terre et des flots les vains parjures de Vénus.

  • Que ta maigreur décèle encore les tourments de ton âme ; ne rougis pas même de couvrir ta brillante chevelure du voile des malades. Les veilles, les soucis et les chagrins qu'engendre un violent amour maigrissent un jeune homme.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus