Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant IX, vers 371-400

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant IX
Les récits chez Alkinoos - La Cyclopie et les Cyclopiens. Polyphème est aveuglé par Ulysse et ses acolytes.
371
Voilà aussi comment il se moqua (de nous) et, étonnamment ensuite il s’affaissa, tomba dos à terre,
372
et le sommeil indolent qui dompte tout le prit imparfaitement
373
et il dégurgita du vin et des morceaux de chair humaine et il vomissait étant trop lourd de vin.
375
C’est alors que je mis l’épieu de bois sous la braise active jusqu’à ce qu’il se soit échauffé
376
puis j’encourageai par des paroles tous mes compagnons
377
afin qu’aucun, sous l'effet d'un peu d’appréhension, ne se rétracte et ne m'abandonne.
378
Mais lorsqu’enfin, peu après, l’épieu d’olivier est prêt à s’enflammer,
379
bien que vert, il brillait étonnamment
380
alors, en m'approchant, je (le) retire du feu
381
et les compagnons restent solidaires comme si une divinité (nous) insufflait beaucoup d’audace.
382
D’une part, ayant saisi l’épieu d’olivier à la pointe acérée,
383
ils l’enfoncèrent dans l’œil (du Cyclope) tandis que, pesant de tout mon poids au bout supérieur, je le faisais tourner
384
comme lorsqu’un ébéniste naval troue le bois d’un vaisseau avec une tarière
385
tandis que ces collègues tapotent légèrement en dessous (pour faire partir les copeaux) et la font tourner en aller-retour au moyen d’une courroie
386
si bien qu’elle tourne sans jamais s’arrêter.
387
De même, nous tournons, en le maintenant dans l’œil du Cyclope, l’épieu durci au feu
388
et le sang gicle autour de l’œil devenu chaud
389
et la vapeur de la prunelle enflammée grille tout autour de ses paupières et de ses sourcils
390
et les cils grésillent à la chaleur du feu.
391
Comme lorsque le forgeron d'une grande cognée ou d'une herminette
392
la plonge dans l’eau froide en faisant un incroyable bruit strident,
393
en effet, cela rend alors réellement le fer plus résistant,
394
ainsi l’œil du Cyclope frémissait autour de l’épieu d’olivier.
395
Soudain il poussa un hurlement assourdissant, qui résonna avec échos dans toute la (caverne de) pierre
396
et nous nous enfuîmes épouvantés
397
tandis qu’il arrachait de son œil l’épieu qui était souillé de beaucoup de sang.
398
Ensuite, d’une part, errant çà et là, il le jeta au loin de ses mains,
399
et, d’autre part, il appela en vociférant les Cyclopiens qui habitaient autour de chez lui
400
dans des anfractuosités réparties sur des pics battus par les vents.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας ι
Ἀλκίνου ἀπόλογοι. Κυκλώπεια.
371
«Ἦ καὶ ἀνακλινθεὶς πέσεν ὕπτιος αὐτὰρ ἔπειτα
372
κὰδ δέ μιν ὕπνος ᾕρει πανδαμάτωρ
373
φάρυγος δ᾽ἐξέσσυτο οἶνος ψωμοί τ᾽ἀνδρόμεοι ὁ δ᾽ἐρεύγετο οἰνοβαρείων.
375
Καὶ τότ᾽ἐγὼ τὸν μοχλὸν ὑπὸ σποδοῦ ἤλασα πολλῆς ἧος θερμαίνοιτο
376
ἔπεσσι δὲ πάντας ἑταίρους θάρσυνον
377
μή τίς μοι ὑποδείσας ἀναδύη.
378
Ἀλλ᾽ὅτε δὴ τάχ᾽ὁ μοχλὸς ἐλάινος ἐν πυρὶ μέλλεν ἅψεσθαι,
379
χλωρός περ ἐών διεφαίνετο δ᾽αἰνῶς,
380
καὶ τότ᾽ἐγὼν ἆσσον φέρον ἐκ πυρός
381
ἀμφὶ δ᾽ἑταῖροι ἵσταντ᾽αὐτὰρ θάρσος ἐνέπνευσεν μέγα δαίμων.
382
Οἱ μὲν μοχλὸν ἑλόντες ἐλάινον ὀξὺν ἐπ᾽ἄκρῳ,
383
ὀφθαλμῷ ἐνέρεισαν ἐγὼ δ᾽ἐφύπερθεν ἐρεισθεὶς δίνεον
384
ὡς ὅτε τις τρυπῷ δόρυ νήιον ἀνὴρτρυπάνῳ
385
οἱ δέ τ᾽ἔνερθεν ὑποσσείουσιν ἱμάντι ἁψάμενοι ἑκάτερθε
386
τὸ δὲ τρέχει ἐμμενὲς αἰεί.
387
Ὣς τοῦ ἐν ὀφθαλμῷ πυριήκεα μοχλὸν ἑλόντες δινέομεν
388
τὸν δ᾽αἷμα περίρρεε θερμὸν ἐόντα
389
πάντα δέ οἱ βλέφαρ᾽ἀμφὶ καὶ ὀφρύας εὗσεν ἀυτμὴ γλήνης καιομένης
390
σφαραγεῦντο δέ οἱ πυρὶ ῥίζαι.
391
Ὡς δ᾽ὅτ᾽ἀνὴρ χαλκεὺς πέλεκυν μέγαν ἠὲ σκέπαρνον
392
εἰν ὕδατι ψυχρῷ βάπτῃ μεγάλα ἰάχοντα φαρμάσσων·
393
ὸ γὰρ αὖτε σιδήρου γε κράτος ἐστίν,
394
ὣς τοῦ σίζ᾽ὀφθαλμὸς ἐλαϊνέῳ περὶ μοχλῷ.
395
Σμερδαλέον δὲ μέγ᾽ᾤμωξεν περὶ δ᾽ἴαχε πέτρη
396
ἡμεῖς δὲ δείσαντες ἀπεσσύμεθ᾽
397
αὐτὰρ ὁ μοχλὸν ἐξέρυσ᾽ὀφθαλμοῖο πεφυρμένον αἵματι πολλῷ.
398
Τὸν μὲν ἔπειτ᾽ἔρριψεν ἀπὸ ἕο χερσὶν ἀλύων
399
αὐτὰρ ὁ Κύκλωπας μεγάλ᾽ἤπυεν, οἵ ῥά μιν ἀμφὶς ᾤκεον
400
ἐν σπήεσσι δι᾽ἄκριας ἠνεμοέσσας.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2018

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus