Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant IX, vers 401-423

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant IX
Les récits chez Alkinoos - La Cyclopie et les Cyclopiens. Les Cyclopiens arrivent à l'appel de Polyphème mais sur sa fameuse réponse «Il (n')y a là/la personne», ils repartent.
401
Et, entendant son appel, ils accoururent de tous côtés,
402
et, se tenant debout autour de la grotte ils (lui) demandèrent de quoi il se plaignait :
403
«Pourquoi, Polyphème, pousses-tu ainsi de tels grondements
404
par cette douce nuit et nous incites-tu à nous réveiller ?
405
Quelqu’un parmi les mortels t’aurait-il volé ton troupeau ?
406
Quelqu’un attente-t-il à toi-même, est-ce (intellectuellement/la tête) par dol ou (physiquement/le corps) par viol ?
407
Alors le cratère/puissant Polyphème leur répond de l’intérieur son antre :
408
«Ah mes amis ! Il y a La Personne ! Elle me fait mourir (με κτείνει) par un mal de tête ainsi d’yeux et non pas par un coup mortel/attentatoire à la vie !» (les autres Cyclopiens entendent à l'extérieur : «Il n'y a là personne ! Un grand (μέγ') coup de rateau/peigne (κτεί), affirmatif/oui (νει), un mal de tête insidieux (δόλῳ) et non pas par un coup mortel ! (οὐδὲ βίηφιν)»)
409
Alors eux, prenant la parole à leur tour, répondirent ces mots (lourds de conséquence mais) plein de légèreté :
410
S’il est bien évident que personne ne peux attenter à ta vie puisque tu es seul,
411
il est non moins sûr qu'il n’est pas possible d’échapper à l’angoisse que le grand Zeus nous trame ainsi dieusement ;
412
mais tu peux toujours adresser tes prières à ton père Poséïdaôn (le Dieu des mers/eaux) pour qu’il te réconforte/cautérise ta blessure ! »
413
Sur ces sarcasmes, ils s’en allèrent tandis que ma bonne humeur revînt
414
parce que mon surnom l'avait induit en erreur et que l'embrouille était parfaite.
415
Or le Cyclope se morfondait et souffrait cruellement de sa blessure ;
416
tâtonnant en aveugle, il enleva la pierre de l’ouverture
417
et lui-même s’assit en travers du passage, en ouvrant (et refermant) les bras
418
afin de saisir éventuellement quiconque voudrait sortir avec le bétail ;
419
ainsi, en effet, semblait-il espérer que je serais un simple d'esprit.
420
Au contraire, je devais décider comment se faire au mieux transporter
421
(et) je me demandais si ma solution permettrait d’éviter la mort à chacun de mes acolytes et à moi-même
422
et j’examinais toutes les ruses et astuce(s)
423
puisque c’était une question de vie (ou de mort) ; en effet, un grand danger s’approchait.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας ι
Ἀλκίνου ἀπόλογοι. Κυκλώπεια.
401
Οἱ δὲ βοῆς ἀίοντες ἐφοίτων ἄλλοθεν ἄλλος
402
ἱστάμενοι δ᾽εἴροντο περὶ σπέος ὅττι ἑ κήδοι·
403
«Τίπτε τόσον, Πολύφημ᾽ἀρημένος ὧδ᾽ἐβόησας
404
νύκτα δι᾽ἀμβροσίην καὶ ἀύπνους ἄμμε τίθησθα ;
405
ἦ μή τίς σευ μῆλα βροτῶν ἀέκοντος ἐλαύνει ;
406
ἦ μή τίς σ᾽αὐτὸν κτείνει δόλῳ ἠὲ βίηφιν ;»
407
«Τοὺς δ᾽αὖτ᾽ἐξ ἄντρου προσέφη κρατερὸς Πολύφημος·
408
«Ὦ φίλοι, Οὖτίς με κτείνει δόλῳ οὐδὲ βίηφιν :»
409
Οἱ δ᾽ἀπαμειβόμενοι ἔπεα πτερόεντ᾽ἀγόρευον·
410
«Εἰ μὲν δὴ μή τίς σε βιάζεται οἶον ἐόντα,
411
νοῦσον γ᾽οὔ πως ἔστι Διὸς μεγάλου ἀλέασθαι·
412
ἀλλὰ σύ γ᾽εὔχεο πατρὶ Ποσειδάωνι ἄνακτι.»
413
«Ὣς ἄρ᾽ἔφαν ἀπιόντες ἐμὸν δ᾽ἐγέλασσε φίλον κῆρ
414
ὡς ὄνομ᾽ἐξαπάτησεν ἐμὸν καὶ μῆτις ἀμύμων.
415
Κύκλωψ δὲ στενάχων τε καὶ ὠδίνων ὀδύνῃσι·
416
χερσὶ ψηλαφόων ἀπὸ μὲν λίθον εἷλε θυράων
417
αὐτὸς δ᾽εἰνὶ θύρῃσι καθέζετο χεῖρε πετάσσας
418
εἴ τινά που μετ᾽ὄεσσι λάβοι στείχοντα θύραζε·
419
οὕτω γάρ πού μ᾽ἤλπετ᾽ἐνὶ φρεσὶ νήπιον εἶναι.
420
Αὐτὰρ ἐγὼ βούλευον ὅπως ὄχ᾽ἄριστα γένοιτο
421
εἴ τιν᾽ἑταίροισιν θανάτου λύσιν ἠδ᾽ἐμοὶ αὐτῷ εὑροίμην
422
πάντας δὲ δόλους καὶ μῆτιν ὕφαινον
423
ὥς τε περὶ ψυχῆς· μέγα γὰρ κακὸν ἐγγύθεν ἦεν.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus