Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant VII, vers 199-227

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant VII
L'arrivée d'Ulysse chez Alkinoos - Ulysse affamé reprend des forces et demande à repartir chez lui.
199
(Qui sait) s'il n'est pas en fait un immortel descendu du ciel,
200
auquel cas les dieux se plairaient à méditer ensuite quelqu'autre dessein.
201
En effet, les dieux se sont, il est vrai, souvent montrés proches de nous
202
en ayant sur nous une influence favorable lorsque nous leur avons offert d'illustres hécatombes,
203
et ils se sont parfois assis là, à côté de nous, pour festoyer avec nous.
204
Et si jamais un certain voyageur (Phéacien), voyageant même seul, (les) rencontre,
205
Ils ne se cachent en rien de lui puisque nous sommes pour eux des voisins
206
comme le sont justement les Cyclopes et les tribus sauvages des Géants.»
207
Ulysse aux nombreux barouds lui dit alors, à son tour, selon le protocole :
208
«Alkinoos, ôte-toi donc de l'esprit cette préoccupation car je ne suis assurément pas
209
semblable aux dieux qui habitent le ciel infini
210
ni de taille ni d'allure mais (je suis semblable) aux périssables mortels,
211
de ceux parmi les hommes dont vous savez qu'ils sont accablés de misère,
212
c'est à ceux-là que je pourrais me sentir égal par mes souffrances.
213
Et même plus encore, je pourrais, moi, te raconter des malheurs
214
tels qu'il a certainement plût à la volonté des dieux que je les endurasse tous jusqu'à la lie.
215
Mais, d'une part, laissez-moi finir mon repas malgré mon chagrin
216
car il n'est rien d'autre de plus affreux qu'un estomac tenaillant
217
qui ordonne à celui qui y pense malgré lui
218
et qui est très tourmenté et qui a en l'esprit un deuil.
219
Ainsi, d'une part, j'ai à l'esprit un deuil et, d'autre part, très souvent la faim m'a commandé de manger et de boire
220
et me fait (maintenant) oublier tous les maux que j'ai souffert
221
et elle enjoint pour être rassasiée.
222
Mais hâtez-vous dès que l'aurore poindra
223
de renvoyer dans sa patrie le malheureux que je suis
224
et qui a exceptionnellement beaucoup souffert !
225
Que la vie ne m'abandonne pas avant que je n'ai revu mes propriétés, mes serviteurs et mon palais élevé/en altitude !
226
Ainsi parla-t-il et, au bout d'un moment, tous l'applaudirent et décidèrent de raccompagner l'étranger/hôte
227
puisqu'il avait parlé selon une juste mesure.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας η
Ὀδυσσέως εἴσοδος πρὸς Ἀλκίνουν.
199
Εἰ δέ τις ἀθανάτων γε κατ᾽οὐρανοῦ εἰλήλουθεν,
200
ἄλλο τι δὴ τόδ᾽ἔπειτα θεοὶ περιμηχανόωνται.
201
Αἰεὶ γὰρ τὸ πάρος γε θεοὶ φαίνονται ἐναργεῖς ἡμῖν,
202
ἡμῖν εὖτ᾽ἔρδωμεν ἀγακλειτὰς ἑκατόμβας,
203
δαίνυνταί τε παρ᾽ἄμμι καθήμενοι ἔνθα περ ἡμεῖς.
204
Εἰ δ᾽ἄρα τις καὶ μοῦνος ἰὼν ξύμβληται ὁδίτης,
205
οὔ τι κατακρύπτουσιν, ἐπεί σφισιν ἐγγύθεν εἰμέν,
206
ὥς περ Κύκλωπές τε καὶ ἄγρια φῦλα Γιγάντων.
207
Τὸν δ᾽ἀπαμειβόμενος προσέφη πολύμητις Ὀδυσσεύς·
208
«Ἀλκίνο᾽, ἄλλο τί τοι μελέτω φρεσίν· οὐ γὰρ ἐγώ γε
209
ἀθανάτοισιν ἔοικα, τοὶ οὐρανὸν εὐρὺν ἔχουσιν,
210
οὐ δέμας οὐδὲ φυήν, ἀλλὰ θνητοῖσι βροτοῖσιν,
211
οὕς τινας ὑμεῖς ἴστε μάλιστ᾽ὀχέοντας ὀιζὺν ἀνθρώπων,
212
τοῖσίν κεν ἐν ἄλγεσιν ἰσωσαίμην.
213
Καὶ δ᾽ἔτι κεν καὶ μᾶλλον ἐγὼ κακὰ μυθησαίμην,
214
ὅσσα γε δὴ ξύμπαντα θεῶν ἰότητι μόγησα.
215
Ἀλλ᾽ἐμὲ μὲν δορπῆσαι ἐάσατε κηδόμενόν περ·
216
οὐ γάρ τι στυγερῆι ἐπὶ γαστέρι κύντερον ἄλλο ἔπλετο,
217
ἥ τ᾽ἐκέλευσεν ἕο μνήσασθαι ἀνάγκηι
218
καὶ μάλα τειρόμενον καὶ ἐνὶ φρεσὶ πένθος ἔχοντα,
219
Ὡς καὶ ἐγὼ πένθος μὲν ἔχω φρεσίν ἡ δὲ μάλ᾽αἰεὶ ἐσθέμεναι κέλεται καὶ πινέμεν
220
ἐκ δέ με πάντων ληθάνει ὅσσ᾽ἔπαθον
221
καὶ ἐνιπλησθῆναι ἀνώγει.
222
Ὑμεῖς δ᾽ὀτρύνεσθαι ἅμ᾽ἠοῖ φαινομένηφιν
223
ὥς κ᾽ἐμὲ τὸν δύστηνον ἐμῆς ἐπιβήσετε πάτρης
224
καί περ πολλὰ παθόντα·
225
ἰδόντα με καὶ λίποι αἰὼν κτῆσιν ἐμήν, δμῶάς τε καὶ ὑψερεφὲς μέγα δῶμα.
226
Ὣς ἔφαθ᾽οἱ δ᾽ἄρα πάντες ἐπήινεον ἠδ᾽ἐκέλευον πεμπέμεναι τὸν ξεῖνον,
227
ἐπεὶ κατὰ μοῖραν ἔειπεν.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus