Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant VIII, vers 521-535

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant VIII
Le séjour d'Ulysse chez les Phéaciens - Ulysse pleure à l'insu de tous sauf d'Alkinoos.
521
L'illustre aède chantait la fin de ces hauts faits ;
522
au contraire, Ulysse se lamentait et des larmes inondaient ses joues sous ses paupières.
523
Et de même qu'une femme entoure son mari pour l'attendrir/réconforter par ses pleurs,
524
lui qui avait mis ses cheveux blancs au devant des corps tombés des (jeunes) recrues/conscrits,
525
afin de repousser pour ses enfants et sa cité le jour fatidique (de la défaite) ;
526
elle, d'une part, le voyant s'agiter convulsivement en mourant, se répand en larmes
527
se répand en larmes autour de lui et pousse des cris perçants de douleur ;
528
or, eux (les ennemis), d'autre part, la frappant par derrière avec le bois de leurs lances sous la nuque et les épaules,
529
l'emmènent en servitude, supporter les durs travaux et la misère ;
530
ses joues se flétrissent/ront par son chagrin très pitoyable (=indicible et perpétuel) ;
531
de même Ulysse versait-il un épanchement de pitié sous ses sourcils.
532
D'une part, à ce moment, il versait des larmes à l'insu de tous les autres (convives)
533
et, d'autre part, le seul Alkinoos était attentif et réfléchissait,
534
assis auprès de lui, et il l'entendait se morfondre lourdement.
535
C'est pourquoi il s'adresse sur le champ aux Phéaciens, adeptes passionnés de la navigation à la force des bras :
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας θ
Ὀδυσσέως σύστασις πρὸς Φαιάκας.
521
Ταῦτ᾽ἄρ᾽ἀοιδὸς ἄειδε περικλυτός·
522
αὐτὰρ Ὀδυσσεὺς τήκετο, δάκρυ δ᾽ἔδευεν ὑπὸ βλεφάροισι παρειάς.
523
Ὡς δὲ γυνὴ κλαίῃσι φίλον πόσιν ἀμφιπεσοῦσα,
524
ὅς τε ἑῆς πρόσθεν πόλιος λαῶν τε πέσῃσιν,
525
ἄστεϊ καὶ τεκέεσσιν ἀμύνων νηλεὲς ἦμαρ·
526
ἡ μὲν τὸν θνήσκοντα καὶ ἀσπαίροντα ἰδοῦσα
527
ἀμφ᾽αὐτῷ χυμένη λίγα κωκύει·
528
οἱ δέ τ᾽ὄπισθε κόπτοντες δούρεσσι μετάφρενον ἠδὲ καὶ ὤμους
529
εἴρερον εἰσανάγουσι, πόνον τ᾽ἐχέμεν καὶ ὀιζύν·
530
τῆς δ᾽ἐλεεινοτάτῳ ἄχεϊ φθινύθουσι παρειαί·
531
ὣς Ὀδυσεὺς ἐλεεινὸν ὑπ᾽ὀφρύσι δάκρυον εἶβεν.
532
Ἔνθ᾽ἄλλους μὲν πάντας ἐλάνθανε δάκρυα λείβων,
533
Ἀλκίνοος δέ μιν οἶος ἐπεφράσατ᾽ἠδ᾽ἐνόησεν,
534
ἥμενος ἄγχ᾽αὐτοῦ, βαρὺ δὲ στενάχοντος ἄκουσεν.
535
Αἶψα δὲ Φαιήκεσσι φιληρέτμοισι μετηύδα·
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014-2018 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2016

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus