Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée -Chant X, vers 78-97

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant X
Après six jours de dérive, le pays des Laistrygons. Ulysse, méfiant reste à l'extérieur du goulet.
78
Mais le moral des galériens était brisé par suite de ce pénible (supplément d') effort de chiourme dû à notre sottise puisque (l'espoir de) le retour dans la patrie ne nous éclairait1 plus.
80
Nous dérivâmes,en vérité2, de jour comme de nuit3 pendant six jours si bien qu'au septième, nous atteignîmes l'abrupte Acropole de Lamos4 dans la Laistrygonie, aux portes si éloignées les unes des autres que le berger qui rentre5 par une porte doit héler à pleine voix le berger qui sort6 par une autre porte s'il veut être entendu.
84
En ce pays, un homme sans sommeil gagnerait double salaire, en menant paître tantôt des bovins, tantôt des blancs ovins car les routes/trajectoires du jour et de la nuit sont mitoyennes6.
87
Puis nous entrâmes en un havre renommé autour duquel se trouvait, en surplomb, escarpé des deux côtés, un plateau rocheux creusé profondément et à la fin des deux falaises qui s'avancent dans la mer et se font vis-à-vis et il y a (là) un goulet d'entrée étroit, une sorte de bouche8.
91
C'est là qu'assurément, mes équipages conduisirent à l'intérieur presque toute l'escadre à propulsion bilatérale ;
92
ils les amarrèrent, en vérité, finalement à quai et encombrèrent le port cul-de-sac ; en effet, en vérité, les vagues ne s'y soulèvent assurément jamais, ni grandes ni petites, si bien que la mer encerclée/piégée est d'huile, réfléchissante comme un miroir ;
95
l'escadre, presque toute, (car) toutefois je retins à l'extérieur mon noir navire9, l'assurant par l'amarre arrière à un rocher situé à l'extrémité du goulet10, et, ayant escaladé (la falaise) avec débrouillardise jusqu'au sommet, je restai debout à observer.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας κ
78
Τείρετο δ᾽ἀνδρῶν θυμὸς ὑπ᾽εἰρεσίης ἀλεγεινῆς ἡμετέρηι ματίηι ἐπεὶ οὐκέτι φαίνετο πομπή.
80
Ἑξῆμαρ μὲν ὁμῶς πλέομεν νύκτας τε καὶ ἦμαρ, cf. (X, 28) ἑβδομάτηι δ᾽ἱκόμεσθα Λάμου αἰπὺ πτολίεθρον, Τηλέπυλον Λαιστρυγονίην, ὅθι ποιμένα ποιμὴν ἠπύει εἰσελάων ὁ δέ τ᾽ἐξελάων ὑπακούει.
84
Ἔνθα κ᾽ἄυπνος ἀνὴρ δοιοὺς ἐξήρατο μισθούς, τὸν μὲν βουκολέων τὸν δ᾽ἄργυφα μῆλα νομεύων ἐγγὺς γὰρ νυκτός τε καὶ ἤματός εἰσι κέλευθοι.
87
Ἔνθ᾽ἐπεὶ ἐς λιμένα κλυτὸν ἤλθομεν ὃν πέρι πέτρη ἠλίβατος τετύχηκε διαμπερὲς ἀμφοτέρωθεν ἀκταὶ δὲ προβλῆτες ἐναντίαι ἀλλήληισιν ἐν στόματι προύχουσιν ἀραιὴ δ᾽εἴσοδός ἐστιν.
91
Ἔνθ᾽οἵ γ᾽εἴσω πάντες ἔχον νέας ἀμφιελίσσας·
92
αἱ μὲν ἄρ᾽ἔντοσθεν λιμένος κοίλοιο δέδεντο πλησίαι· οὐ μὲν γάρ ποτ᾽ἀέξετο κῦμά γ᾽ἐν αὐτῶι, οὔτε μέγ᾽οὔτ᾽ὀλίγον, λευκὴ δ᾽ἦν ἀμφὶ γαλήνη·
95
αὐτὰρ ἐγὼν οἶος σχέθον ἔξω νῆα μέλαιναν, αὐτοῦ ἐπ᾽ἐσχατιῆι πέτρης ἐκ πείσματα δήσας ἔστην δὲ σκοπιὴν ἐς παιπαλόεσσαν ἀνελθών. cf. (X, 148 et 194)
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur :Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014-2018 / Mise en page © Citations-Antiques.com,2019

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus