Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée -Chant X, vers 302-323

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant X
Donation de l'antidote : le Moly. Ulysse arrive chez Circé mais est insensible à sa potion maléfique.
302
Ayant ainsi fini de parler, l'Argéiphonte1 me tendit une simple l'ayant arraché de la terre et il m'apprend son anatomie (végétale).
304
D'une part, elle était noire/sombre à la racine et, d'autre part, sa fleur (était) blanche comme du lait.
305
Or, les dieux l'appellent Môly1 et on entendit bientôt un affreux vacarme venant de escadre, râles d'hommes mourants accompagnés de craquements de navires brisés et, les harponnant (mes marins) comme des poissons de roche, ils emportaient ces affreuses brochettes2 et il est vraiment ardu de l'arracher pour les simples mortels alors que les dieux sont tout puissants.
307
Ensuite, d'une part, Hermès décolla de l'île boisée vers l'Olympe élevé et moi j'allais vers le palais de Circé et, tandis que je marchais, mon cœur battait la chamade d'inquiétude.
310
Or, je fais la pause devant les portes de la nymphe divine aux belles tresses ; me tenant là debout, j’appelai et la nymphe divine entendit ma voix.
312
Or, elle, accourant aussitôt, ouvrit les portes brillantes (et scintillantes) et appelle ; quant à moi, j'avançais le cœur affligé.
314
Or, elle m'introduit me faisant asseoir sur un trône serti de clous d'argent habilement posés ; et elle posa sous mes pieds un marchepied
316
et prépare pour moi la boisson appétissante mélangée (vin, fromage rappé et farine) dans une coupe dorée afin que je la boive et elle y verse (aussi) une potion, pensant à mal dans son fors intérieur.
318
Toutefois, lorsqu'elle me la présente et que je l'ingurgite, elle ne me soumet pas/fait pas d'effet, (mais) (Circé) (me) frappant de sa badine, elle m'interpelle en me tutoyant :
320
« Rentre maintenant dans la porcherie ! Couche-toi avec tes autres comparses ! »
321
Ainsi parla-t-elle et moi, dégainant mon épée pointu de son fourreau « baudrier » sur ma cuisse, je me précipitai sur Circé comme étant au contraire saisi d'une irrépressible envie... de la tuer.
323
Or, elle, poussant un grand cri, se laisse choir et me prend les genoux et gémissant sur son sort me dit ces mots agréables :
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας κ
302
Ὣς ἄρα φωνήσας πόρε φάρμακον ἀργεϊφόντης ἐκ γαίης ἐρύσας καί μοι φύσιν αὐτοῦ ἔδειξε.
304
Ῥίζηι μὲν μέλαν ἔσκε γάλακτι δὲ εἴκελον ἄνθος.
305
Μῶλυ δέ μιν καλέουσι θεοί χαλεπὸν δέ τ᾽ὀρύσσειν ἀνδράσι γε θνητοῖσι θεοὶ δέ τε πάντα δύνανται.
307
Ἑρμείας μὲν ἔπειτ᾽ἀπέβη πρὸς μακρὸν Ὄλυμπον νῆσον ἀν᾽ὑλήεσσαν ἐγὼ δ᾽ἐς δώματα Κίρκης ἤια πολλὰ δέ μοι κραδίη πόρφυρε κιόντι.
310
Ἔστην δ᾽εἰνὶ θύρηισι θεᾶς καλλιπλοκάμοιο· ἔνθα στὰς, ἐβόησα θεὰ δέ μευ ἔκλυεν αὐδῆς.
312
Ἡ δ᾽αἶψ᾽ἐξελθοῦσα θύρας ὤιξε φαεινὰς cf. (X, 230 et 256) καὶ κάλει· αὐτὰρ ἐγὼν ἑπόμην ἀκαχήμενος ἦτορ.
314
Εἷσε δέ μ᾽εἰσαγαγοῦσα ἐπὶ θρόνου ἀργυροήλου καλοῦ δαιδαλέου· ὑπὸ δὲ θρῆνυς ποσὶν ἦεν cf. (I, 131 ; X 366-367)
316
τεῦχε δέ μοι κυκεῶ χρυσέωι δέπαι ὄφρα πίοιμι ἐν δέ τε φάρμακον ἧκε, κακὰ φρονέουσ᾽ἐνὶ θυμῶι.
318
Αὐτὰρ ἐπεὶ δῶκέν τε καὶ ἔκπιον οὐδέ μ᾽ἔθελξε ῥάβδωι πεπληγυῖα ἔπος τ᾽ἔφατ᾽ἔκ τ᾽ὀνόμαζεν·
320
« Ἔρχεο νῦν συφεόνδε : Μετ᾽ἄλλων λέξο ἑταίρων : »
321
Ὣς φάτ᾽ἐγὼ δ᾽ἄορ ὀξὺ ἐρυσσάμενος παρὰ μηροῦ cf. (X, 126 ; X, 294 ; X, 326 ; X535) Κίρκηι ἐπήιξα ὥς τε κτάμεναι μενεαίνων.
323
Ἡ δὲ μέγα ἰάχουσα ὑπέδραμε καὶ λάβε γούνων καί μ᾽ὀλοφυρομένη ἔπεα πτερόεντα προσηύδα·
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur :Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014-2018 / Mise en page © Citations-Antiques.com,2019

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus