Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant I, vers 194-212

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant I
Athéna prédit le retour d'Ulysse
194
Si je suis venu maintenant, c’est parce qu’on m’a dit que ton père était revenu au pays ; ainsi donc, au contraire, les dieux le contrarient-ils dans son périple (de retour).
196
Il n’est pourtant pas déjà mort, irrémédiablement étendu à terre, notre Ulysse protégé de Zeus, mais encore bien vivant, empêché par la vaste mer, sur un rocher cerné par les flots ; des hommes1 malveillants et sauvages doivent l’avoir (fait prisonnier), et le retiennent là contre son gré.
200
Toutefois, je veux maintenant te dire la prémonition que les immortels ont insufflée dans mon cœur et ce que j’espère voir se réaliser, n’étant ni un devin ni manifestement pas le plus compétent des augures2 ;
203
Il ne sera, c’est certain, plus encore longtemps absent de sa chère patrie, fût-il ou non entravé par des liens de fer ».
205
Elle (lui) fit ainsi comprendre qu’Il reviendrait, puisqu'il était vraiment plein de ressources3.
206
« Allons donc ! Dis-moi ! Sois à la fois complet et détaillé ! Est-il vrai qu’Ulysse a eu pour rejeton, un gaillard tel que toi !
208
Certes, tu lui ressembles terriblement, sa tête et ses beaux yeux ! (Je peux en témoigner) puisque souvent, lui et moi, nous nous rencontrions,
210
du moins avant qu’il ne s’embarquât pour Troie, (destination) vers laquelle les meilleurs Argiens sont partis à bord de leurs navires ;
212
depuis ce départ, Ulysse et moi, ne nous sommes plus revus. »
Οδύσσεια
Οδύσσεια Α
194
Nῦν δ᾽ ἦλθον· δὴ γάρ µιν ἔφαντ᾽ ἐπιδήµιον εἶναι σὸν πατέρ᾽ ἀλλά νυ τόνγε θεοὶ βλάπτουσι κελεύθου.
196
Οὐ γάρ πω τέθνηκεν ἐπὶ χθονὶ δῖος Ὀδυσσεὺς, ἀλλ᾽ ἔτι που ζωὸς κατερύκεται εὐρέϊ πόντῳ, νήσῳ ἐν ἀµφιρύτῃ· χαλεποὶ δέ µιν ἄνδρες ἔχουσιν, ἄγριοι, οἵ που κεῖνον ἐρυκανόωσ᾽ ἀέκοντα.
200
Αὐτὰρ νῦν τοι ἐγὼ µαντεύσοµαι, ὡς ἐνὶ θυµῷ ἀθάνατοι βάλλουσι καὶ ὡς τελέεσθαι ὀΐω, οὔτε τι µάντις ἐὼν οὔτ᾽ οἰωνῶν σάφα εἰδώς·
203
Οὔ τοι ἔτι δηρόν γε φίλης ἀπὸ πατρίδος αἴης ἔσσεται, οὐδ᾽ εἴπερ τε σιδήρεα δέσµατ᾽ ἔχῃσιν·
205
φράσσεται ὥς κε νέηται, ἐπεὶ πολυµήχανός ἐστιν.
206
Ἀλλ᾽ἄγε µοι τόδε εἰπὲ καὶ ἀτρεκέως κατάλεξον Eἰ δὴ ἐξ αὐτοῖο τόσος παῖς εἰς Ὀδυσῆος.
208
Αἰνῶς γὰρ κεφαλήν τε καὶ ὄµµατα καλὰ ἔοικας κείνῳ· ἐπεὶ θαµὰ τοῖον ἐµισγόµεθ᾽ ἀλλήλοισιν,
210
πρίν γε τὸν ἐς Τροίην ἀναβήµεναι, ἔνθα περ ἄλλοι Ἀργείων οἱ ἄριστοι ἔβαν κοίλῃς ἐνὶ νηυσίν·
212
ἐκ τοῦ δ᾽ οὔτ᾽ Ὀδυσῆα ἐγὼν ἴδον οὔτ᾽ ἐµὲ κεῖνος. »
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus