Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée -Chant XI, vers 187-203

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant XI
Sa mère lui répond : son père puis elle-même.
187
Quant à ton père, il demeure seul à l'écart dans son domaine et ne va plus en ville. Il n'a plus de lit, de matelas/natte, de couverture ni plus même de linges/vêtements magnifiques, mais même l'hiver, d'une part, il dort assurément dans la maison où (dorment) les domestiques dans la cendre près du feu et, d'autre part, il est vêtu de mauvais sous-vêtements élimés ;
192
quand toutefois vient (le printemps puis) l'été puis l'automne murissant, il dort n'importe où dans ses vergers ou son vignoble, sis à flanc de colline, s'étendant à terre sur des feuilles il s'y laisse choir comme sur un lit (nuptial).
195
Et il s'affaisse assurément là vraiment triste et une grande peine croît dans son esprit/rêve1 réclamant ton retour au pays et il est accablé par cette fin de vie difficile.
197
Et, en effet, ainsi moi aussi, j'en suis morte et il marche sur mes pas/suit mon destin ; assurément ainsi dans mon palais l'adroite archère (Artèmis) ne m'a pas tuée en s’approchant subrepticement, par ses flèches indolores, ni non plus donc quelque maladie ne m'a pas saisie, laquelle au plus haut point par une consomption affligeante fait s'envoler l'envie de vivre du vain (corps) ;
202
mais pour moi, ce fut le regret que j'avais de toi et les soucis (qui me préoccupaient) à ton sujet, Ulysse notre rayon de soleil, et aussi (le souvenir de) ton amabilité douce comme le miel2 a ôté ma motivation.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας λ
187
πατὴρ δὲ σὸς αὐτόθι μίμνει ἀγρῶι οὐδὲ πόλινδε κατέρχεται. Οὐδέ οἱ εὐναὶ δέμνια καὶ χλαῖναι καὶ ῥήγεα σιγαλόεντα, ἀλλ᾽ὅ γε χεῖμα μὲν εὕδει ὅθι δμῶες ἐνὶ οἴκωι, ἐν κόνι ἄγχι πυρός κακὰ δὲ χροῒ εἵματα εἷται·
192
αὐτὰρ ἐπὴν ἔθηισι θέρος τεθαλυῖά τ᾽ὀπώρη, πάντηι οἱ κατὰ γουνὸν ἀλωῆς οἰνοπέδοιο cf. (I, 193) φύλλων κεκλιμένων χθαμαλαὶ βεβλήαται εὐναί.
195
Ἔνθ᾽ὅ γε κεῖτ᾽ἀχέων μέγα δὲ φρεσὶ πένθος ἀέξει σὸν νόστον ποθέων χαλεπὸν δ᾽ἐπὶ γῆρας ἱκάνει.
197
Οὕτω γὰρ καὶ ἐγὼν ὀλόμην καὶ πότμον ἐπέσπον· οὔτ᾽ἐμέ γ᾽ἐν μεγάροισιν ἐύσκοπος ἰοχέαιρα οἷς ἀγανοῖς βελέεσσιν ἐποιχομένη κατέπεφνεν, cf. (V, 124) οὔτε τις οὖν μοι νοῦσος ἐπήλυθεν, ἥ τε μάλιστα τηκεδόνι στυγερῆι μελέων ἐξείλετο θυμόν·
202
ἀλλά με σός τε πόθος, σά τε μήδεα, φαίδιμ᾽Ὀδυσσεῦ, σή τ᾽ἀγανοφροσύνη μελιηδέα θυμὸν ἀπηύρα.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur :Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014-2018 / Mise en page © Citations-Antiques.com,2019

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus