Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant III, vers 470-486

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant III
Les événements à Pylos (chez Nestor) - Fin du festin et départ du héros et de Peïsistrate pour Sparte.
470
Or, lorsqu'ils eurent rôti les pièces nobles des viandes et les eurent retirés (des braises),
471
tous les convives s'assirent pour déguster et de vaillants soldats surveillent (le niveau des verres)
472
et versent du vin dans des coupes dorées.
473
Cependant dès que furent comblés leurs appétits de boire et de manger,
474
alors Nestôr, ce bon cavalier originaire de Gérène, leur tint ce discours :
475
« Mes enfants, allez ! Attelez pour Tèlémaque des chevaux à la belle crinière à un char afin de le conduire en l'accompagnant sur son chemin.
477
Ainsi parla-t-il et ses fils l'écoutèrent jusqu'à la fin avec attention
478
et acceptèrent cette mission puis immédiatement ils attelèrent des chevaux agiles à un char
479
et l'intendante (du palais) y déposa du pain et du vin
480
et leurs accompagnements (poissons, oignons) dont s'alimentent les rois, nourrissons de Zeus.
481
Tèlémaque monta enfin et s'assit sur le siège du magnifique char à deux places ;
482
et enfin Péïsistrate, le fils de Nestôr, le commandant en chef des guerriers,
483
monte et s'installe sur le siège à côté de lui et il prend en main les rènes
484
puis il fit partir le char par le (claquement du) fouet et les deux chevaux se précipitèrent sans rechigner
485
dans la plaine et laissèrent derrière eux l'Acropole abrupte de Pylos.
486
Et durant tout une journée, ils tractèrent, solidaires, leur timon.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας γ
Τὰ ἐν Πύλωι.
470
Οἱ δ᾽ἐπεὶ ὤπτησαν κρέ᾽ὑπέρτερα καὶ ἐρύσαντο·(cf. III, 65)
471
δαίνυνθ᾽ἑζόμενοι ἐπὶ δ᾽ἀνέρες ἐσθλοὶ ὄροντο
472
οἶνον οἰνοχοεῦντες ἐνὶ χρυσέοις δεπάεσσιν. (cf. I, 143)
473
Αὐτὰρ ἐπεὶ πόσιος καὶ ἐδητύος ἐξ ἔρον ἕντο, (cf. III, 67 ; XII, 308)
474
τοῖσι δὲ μύθων ἦρχε Γερήνιος ἱππότα Νέστωρ· (cf. III, 417)
475
«Παῖδες ἐμοί ἄγε· Τηλεμάχωι καλλίτριχας ἵππους ζεύξαθ᾽ὑφ᾽ἅρματ᾽ἄγοντες ἵνα πρήσσηισιν ὁδοῖο.»
477
Ὣς ἔφαθ᾽οἱ δ᾽ἄρα τοῦ μάλα μὲν κλύον ἠδ᾽ἐπίθοντο
478
καρπαλίμως δ᾽ἔζευξαν ὑφ᾽ἅρμασιν ὠκέας ἵππους
479
ἐν δὲ γυνὴ ταμίη σῖτον καὶ οἶνον ἔθηκεν
480
ὄψα τε οἷα ἔδουσι διοτρεφέες βασιλῆες.
481
Ἂν δ᾽ἄρα Τηλέμαχος περικαλλέα βήσετο δίφρον·
482
πὰρ δ᾽ἄρα Νεστορίδης Πεισίστρατος, ὄρχαμος ἀνδρῶν,
483
ἐς δίφρον τ᾽ἀνέβαινε καὶ ἡνία λάζετο χερσί,
484
μάστιξεν δ᾽ἐλά(σ)αν τὼ δ᾽οὐκ ἀέκοντε πετέσθην (cf. III, 494)
485
ἐς πεδίον, λιπέτην δὲ Πύλου αἰπὺ πτολίεθρον.
486
Οἱ δὲ πανημέριοι σεῖον ζυγὸν ἀμφὶς ἔχοντες.
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus