Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant III, vers 148-161

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant III
L'armée grecque se partage en deux ; les uns partent avec Ménélas, Nestor et Ulysse et les autres restent avec Agamemnon. Seconde discorde.
148
Comme ils échangèrent, chacun à leur tour, des paroles vraiment peu amènes, les Achéens en tenue de combat se levèrent précipitamment dans un grand brouhaha et cette décision les séparent en deux camps.
151
Nous passâmes vraiment toute la nuit à ressasser en dormant les uns et les autres ce dilemme car Zeus préparait (de nous envoyer) un sévère châtiment.
153
Ainsi au lever du jour, les uns dont nous sommes mettons nos navires dans l'humide salée1 et nous y chargeons nos richesses et nos plantureuses femmes.
155
Et l'autre moitié des troupes se refrène en demeurant là, à côté de l'Atride Agamemnon, le guide des soldats ;
157
et nous, la moitié qui a embarqué, nous allions de l'avant et très vite nous naviguions et un dieu avait avait aplani le bassin (méditerranéen) aux grands cétacés.
159
Puis, arrivés à Ténédos1, nous offrîmes des sacrifices aux dieux, aspirant au retour chez nous.
160
Or Zeus ne rendit pas possible ce retour, cruel qu'il était, Il fit s'élever pour la seconde fois, une méchante discorde.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Γ
148
Ὣς τὼ μὲν χαλεποῖσιν ἀμειβομένω ἐπέεσσιν ἕστασαν· οἱ δ᾽ἀνόρουσαν ἐυκνήμιδες Ἀχαιοὶ ἠχῆι θεσπεσίηι δίχα δέ σφισιν ἥνδανε βουλή.
151
Νύκτα μὲν ἀέσαμεν χαλεπὰ φρεσὶν ὁρμαίνοντες ἀλλήλοις· ἐπὶ γὰρ Ζεὺς ἤρτυε πῆμα κακοῖο.
153
Ἠῶθεν δ᾽οἱ μὲν νέας ἕλκομεν εἰς ἅλα δῖαν κτήματά τ᾽ἐντιθέμεσθα βαθυζώνους τε γυναῖκας.
155
Ἡμίσεες δ᾽ἄρα λαοὶ ἐρητύοντο μένοντες αὖθι παρ᾽Ἀτρεΐδηι Ἀγαμέμνονι, ποιμένι λαῶν·
157
ἡμίσεες δ᾽ἀναβάντες ἐλαύνομεν· αἱ δὲ μάλ᾽ὦκα ἔπλεον ἐστόρεσεν δέ θεὸς μεγα κήτεα πόντον.
159
Ἐς Τένεδον δ᾽ἐλθόντες ἐρέξαμεν ἱρὰ θεοισ̂ν, οἴκαδε ἱέμενοι·
160
Ζεὺς δ᾽οὔ πω μήδετο νόστον, σχέτλιος, ὅς ῥ᾽ἔριν ὦρσε κακήν ἔπι δεύτερον αὖτις.
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus