Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant II, vers 208-223

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant II
Tèlémaque se résigne à être encore durablement pillé mais demande un navire pour aller à Pylos et Sparte
208
Après réflexion, Tèlémaque lui répondit alors :
209
« Eurymaque et vous autres aussi, si nobles harceleurs, je ne vous supplierai certainement plus sur ces sujets ni ne m’en ouvrirai davantage en public
211
car les dieux et tous les Achéens les connaissent désormais.
212
Mais allez ! Confiez-moi un voilier maniable et une vingtaine hommes d’équipage qui m’accompagneront ça et là dans ma traversée.
214
Car je suis (en route) vers Sparte et vers Pylos-sur-Amathus (ou Pylos la sablonneuse ou Pylos la sanglante) pour m’informer du retour de mon père disparu depuis si longtemps
216
que quelqu'un parmi les mortels m’en parle (en connaissance) ou bien que j’entende quelque rumeur publique, issue de Zeus dit-on, laquelle est la principale source de la renommée parmi les hommes.
218
Si j’entends dire que mon père pourrait être vivant et sur le chemin du retour, quand bien même on me ruinerait, je me résignerai encore une année ;
220
si, au contraire, j’entends dire qu’il est mort ou qu’il n’a donné aucun signe de vie, alors je reviendrai sur la chère terre de mes ancêtres, je lui construirai un cénotaphe nominatif, je lui rendrai tous les honneurs et je ferais de très nombreux sacrifices, selon les rites funèbres ; je proposerai aussi à ma mère un mari. »
Οδύσσεια
Οδύσσεια Β
208
Tὸν δ᾽αὖ Τηλέμαχος πεπνυμένος ἀντίον ηὔδα :
209
“ Εὐρύμαχ᾽ἠδὲ καὶ ἄλλοι, ὅσοι μνηστῆρες ἀγαυοί, ταῦτα μὲν οὐχὑμέας ἔτι λίσσομαι οὐδ᾽ἀγορεύω
211
ἤδη γὰρ τὰ ἴσασι θεοὶ καὶ πάντες Ἀχαιοί.
212
Ἀλλ᾽ἄγε·μοι δότε νῆα θοὴν καὶ εἴκος᾽ἑταίρους οἵ κέ μοι ἔνθα καὶ ἔνθα διαπρήσσωσι κέλευθον.
214
Eἶμι γὰρ ἐς Σπάρτην τε καὶ ἐς Πύλον ἠμαθόεντα νόστον πευσόμενος πατρὸς δὴν οἰχομένοιο,
216
ἤν τίς μοι εἴπῃσι βροτῶν ἢ ὄσσαν ἀκούσω, ἐκ Διός, ἥ τε μάλιστα φέρει κλέος ἀνθρώποισιν.
218
Eἰ μέν κεν πατρὸς βίοτον καὶ νόστον ἀκούσω ἦ τ᾽ἄν τρυχόμενός περ ἔτι τλαίην ἐνιαυτόν·
220
εἰ δέ κε τεθνηῶτος ἀκούσω μηδ᾽ἔτ᾽ἐόντος, νοστήσας δὴ ἔπειτα φίλην ἐς πατρίδα γαῖαν σῆμά τέ οἱ χεύω καὶ ἐπὶ κτέρεα κτερεΐξω πολλὰ μάλ᾽ὅσσα ἔοικε καὶ ἀνέρι μητέρα δώσω. ”
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus