Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant XII, vers 111-126

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant XII
Les Sirènes, Charybde et Scylla, les bovidés du soleil - Circè dissuade Ulysse de combattre Scylla
111
Ainsi parla-t-elle et moi, toutefois, je lui répondis à mon tour :
112
« Allons donc dis-moi, s'il te plaît, toute la vérité !
113
Si, d'une part, j'évite la catastrophique Charybde, me sera-t-il alors possible d'affronter éventuellement la (Scylla) quand elle attaquera, c'est sûr, mes compagnons ? »
115
Ainsi parlai-je et la proscrite par les déesses me répondit aussitôt :
116
« Cruel/incorrigible ! Il te plaît de te remémorer certes et les oeuvres de la guerre et leur tension !
117
Tu ne peux te soumettre aux dieux immortels !
118
Or elle ne peut être tuée par toi car immortel est ce fléau épouvantable, sauvage et difficile à combattre !
120
Personne n'est de force (à la vaincre) ! Le meilleur (parti) est de s'éloigner d'elle.
121
En effet, si tu t'attardes, bien qu'armé, aux alentours de son Rocher,
122
je crains qu'elle ne s'élance à nouveau vers toi et qu'elle n'atteignent avec ses têtes si nombreuses
124
Dépasse-la plutôt avec ardeur et implore Crataus
125
la mère de Scylla qui l'a engendrée, calamité pour les mortels !
126
Elle l'empêchera peut-être ensuite, bien tard, de continuer à vous agresser.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Λ
Σειρῆνες. Σκύλλα, Χάρυβδις. Βόες Ἡλίου.
111
Ὣς ἔφατ᾽αὐτὰρ ἐγώ μιν ἀμειβόμενος προσέειπον :
112
Εἰ δ᾽ἄγε δή μοι τοῦτο, θεά, νημερτὲς ἐνίσπες :
113
Εἴ πως τὴν ὀλοὴν μὲν ὑπεκπροφύγοιμι Χάρυβδιν, τὴν δέ κ᾽ἀμυναίμην ὅτε μοι σίνοιτό γ᾽ἑταίρους.
115
Ὣς ἐφάμην, ἡ δ᾽αὐτίκ᾽ἀμείβετο δῖα θεάων :
116
"Σχέτλιε, καὶ δὴ αὖ τοι πολεμήια ἔργα μέμηλε καὶ πόνος :
117
οὐδὲ θεοῖσιν ὑπείξεαι ἀθανάτοισιν ;
118
Ἡ δέ τοι οὐ θνητή, ἀλλ᾽ἀθάνατον κακόν ἐστι,δεινόν τ᾽ ἀργαλέον τε καὶ ἄγριον οὐδὲ μαχητόν :
120
Οὐδέ τις ἔστ᾽ἀλκή : φυγέειν κάρτιστον ἀπ᾽αὐτῆς.
121
Ἢν γὰρ δηθύνῃσθα κορυσσόμενος παρὰ πέτρῃ,
122
τόσους δ᾽ἐκ φῶτας ἕληται.
124
Ἀλλὰ μάλα σφοδρῶς ἐλάαν βωστρεῖν δὲ Κράταιιν,
125
μητέρα τῆς Σκύλλης, ἥ μιν τέκε πῆμα βροτοῖσιν:
126
Ἥ μιν ἔπειτ᾽ἀποπαύσει ἐς ὕστερον ὁρμηθῆναι.
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus