Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant I, vers 421-444

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant I
À la nuit, tous se retirent pour dormir. Tèlémaque songe au voyage suggéré par Athéna
421
Les prétendants, se détournant vers la danse ou le chant qui (tous deux) stimulent le désir, s’amusèrent jusqu'au soir qui inlassablement revient avec constance.
423
Pendant qu’ils s’amusaient, survint la sombre nuit.
424
Alors seulement voulant se reposer, ils partirent chacun dans leur habitation.
425
Alors Tèlémaque traversa la cour principale jusqu'à l’endroit où montait (un escalier menant à) sa chambre magnifique dotée d’une échauguette permettant d’avoir une vue de tous cotés ; il marchait vers cette alcôve, en ressassant, inquiet, de nombreuses pensées.
428
Portant devant lui des torches allumées, l’estimable et instruite Euryclée, fille d’Ops, le fils de Pisénor,
430
que naguère Laërte avait acquise, en sa prime jeunesse, avec son propre patrimoine1, troquée contre vingt bœufs ;
432
il lui témoignait, dans le Palais, autant de galanterie qu’à sa fidèle épouse mais il n’avait jamais couché avec elle, ne voulant pas s’exposer aux ressentiments d’une femme.
434
Portant, donc, des torches allumées, en marchant près de lui car elle le chérissait, non comme une servante mais comme une mère son fils ; elle était sa nourrice quand lui le nourrisson.
436
Elle ouvrit (d’abord) l’huis puis (en haut de l’escalier) la porte sculptée avec métier qui ouvrait sur la chambre ; il s’assit sur son lit, ôta son agréable tunique de lin et la déposa sur les bras de la doyenne, (au visage,) burinée par les soucis.
439
Elle, ayant d’abord secoué pour la défriper puis refermé la tunique et l’ayant suspendue à une cheville dépassant du châlit ciselé et percé d’ouvertures (pour les sangles du lit), sortit de la chambre ; elle ferma la porte (du haut) avec le heurtoir-lève clenche en argent, en forme de corneille, puis, pour fermer l'huis2, elle tira sur la lanière de cuir du verrou3.
443
A partir de ce moment et pendant toute la nuit, Tèlémaque n’eut de cesse de songer, bordé sous la (couverture de) laine provenant d’un bélier, au voyage qu’Athéna lui avait mis en tête.
Οδύσσεια
Οδύσσεια Α
421
Οἱ δ᾽ εἰς ὀρχηστύν τε καὶ ἱµερόεσσαν ἀοιδὴν τρεψάµενοι τέρποντο· µένον δ᾽ ἐπὶ ἕσπερον ἐλθεῖν.
423
Τοῖσι δὲ τερποµένοισι µέλας ἐπὶ ἓσπερος ἦλθεν·
424
δὴ τότε κακκείοντες ἔβαν οἶκόνδε ἕκαστος.
425
Τηλέµαχος δ᾽ὅθι οἱ θάλαµος περικαλλέος αὐλῆς ὑψηλὸς δέδµητο, περισκέπτῳ ἐνὶ χώρῳ, ἔνθ᾽ ἔβη εἰς εὐνὴν, πολλὰ φρεσὶ µερµηρίζων.
428
Τῷ δ᾽ ἄρ᾽ ἅµ᾽ αἰθοµένας δαΐδας φέρε κέδν᾽ εἰδυῖα Εὐρύκλει᾽, Ὦπος θυγάτηρ Πεισηνορίδαο·
430
τήν ποτε Λαέρτης πρίατο κτεάτεσσιν ἑοῖσιν, πρωθήβην ἔτ᾽ ἐοῦσαν, ἐεικοσάβοια δ᾽ ἔδωκεν·
432
ἶσα δὲ µιν κεδνῇ ἀλόχῳ τίεν ἐν µεγάροισιν, εὐνῇ δ᾽οὔποτ᾽ἔµικτο· χόλον δ᾽ἀλέεινε γυναικός·
434
ἥ οἱ ἅµ᾽ αἰθοµένας δαΐδας φέρε, καὶ ἑ µάλιστα δµωάων φιλέεσκε, καὶ ἔτρεφε τυτθὸν ἐόντα.
436
Ὤϊξεν δὲ θύρας θαλάµου πύκα ποιητοῖο· ἕζετο δ᾽ ἐν λέκτρῳ, µαλακὸν δ᾽ ἔκδυνε χιτῶνα· καὶ τὸν µὲν γραίης πυκιµηδέος ἔµβαλε χερσίν.
439
Ἡ µὲν τὸν πτύξασα καὶ ἀσκήσασα χιτῶνα, πασσάλῳ ἀγκρεµάσασα παρὰ τρητοῖσι λέχεσσιν, βῆ ῥ᾽ ἴµεν ἐκ θαλάµοιο· θύρην δ᾽ ἐπέρυσσε κορώνῃ ἀργυρέῃ· ἐπὶ δὲ κληῗδ᾽ ἐτάνυσσεν ἱµάντι.
443
Ἔνθ᾽ὅγε παννύχιος, κεκαλυµµένος οἰὸς ἀώτῳ, βούλευε φρεσὶν ᾗσιν ὁδὸν τὴν πέφραδ᾽Ἀθήνη.
Morceau choisi précédent
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus