Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée - Chant I, vers 241-251

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant I
Athéna constate le dérèglement de la maison d'Ulysse ; Tèlémaque mentionne l'indécision de sa mère
241
« Maintenant que les Harpies l’ont fait disparaître sans gloire, qu’il est porté disparu, qu’on en est sans nouvelle, il ne me reste, en avance d’hoirie1, qu’affliction et lamentations mais je ne pleure plus à gros sanglots lui seul, puisque les dieux ont arbitré pour moi aussi d’autres maux en sus d’un deuil.
245
En effet, tout ce que notre archipel2 compte de nobles (veufs ou célibataires), que ce soit Doulikhios, Samè, Zakynthos (Zante) la boisée ou même nos barons qui exploitent la montagneuse Ithaque, tous ambitionnent d’épouser ma mère et ruinent notre maison.
249
Elle, n’a ni la résistance nécessaire pour refuser catégoriquement un remariage odieux ni, au contraire, la soumission suffisante pour mettre un terme (à tout ceci) en l’acceptant. Comme des affamés, ils ouvrent en les perçant nos sacs de provision ; très vraisemblablement, bientôt, ils m’estoqueront aussi, même moi (le prince héréditaire). »
Οδύσσεια
Οδύσσεια Α
241
Νῦν δέ µιν ἀκλειῶς Ἅρπυιαι ἀνηρείψαντο· ᾤχετ᾽ ἄϊστος, ἄπυστος, ἐµοὶ δ᾽ ὀδύνας τε γόους τε κάλλιπεν· οὐδ᾽ ἔτι κεῖνον ὀδυρόµενος στεναχίζω οἶον, ἐπεί νύ µοι ἄλλα θεοὶ κακὰ κήδ᾽ἔτευξαν.
245
Ὅσσοι γὰρ νήσοισιν ἐπικρατέουσιν ἄριστοι, ∆ουλιχίῳ τε Σάµῃ τε καὶ ὑλήεντι Ζακύνθῳ, ἠδ᾽ ὅσσοι κραναὴν Ἰθάκην κάτα κοιρανέουσιν, τόσσοι µητέρ᾽ ἐµὴν µνῶνται, τρύχουσι δὲ οἶκον.
249
Ἡ δ᾽ οὔτ᾽ ἀρνεῖται στυγερὸν γάµον οὔτε τελευτὴν ποιῆσαι δύναται. Tοὶ δὲ φθινύθουσιν ἔδοντες οἴκον ἐµόν· τάχα δή µε διαρραίσουσι καὶ αὐτόν. »
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus