Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

L'Odyssée

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


L'Odyssée (en grec ancien Ὀδύσσεια / Odússeia), est une épopée grecque antique attribuée à l'aède Homère, qui l'aurait composée après l'Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la littérature et, avec l'Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L'Odyssée
Chant VIII
Le séjour d'Ulysse chez les Phéaciens - Ulysse répond poliment à Laodamas qu'il est las de ses épreuves puis mouche Euryale, un insolent railleur.
152
Alors, l'ingénieux Ulysse lui répond à son tour, selon l'usage :
153
« Laodamas, Pourquoi me dis-tu ces railleries piquantes ?
154
J'ai dans l'esprit des soucis bien plus important que celui, dérisoire, de faire des épreuves athlétiques !
155
D'une part, auparavant j'ai beaucoup souffert et supporté bien des chagrins
156
et d'autre part, maintenant, je quémande assis/impuissant/humblement le retour (chez moi) devant votre Assemblée,
157
suppliant votre roi et tout votre peuple.»
158
Alors Euryale/Immensité salé lui répondit à son tour mais l'outragea ouvertement :
159
«Je ne te prends pas comme un de ces brillants hommes de guerre ni même comme un athlète
160
tels que ceux qui grandissent pourtant nombreux parmi les humains
161
ἀλλὰ τῷ ὅς θ᾽ἅμα νηὶ πολυκλήιδι θαμίζων,
162
un chef de bande de matelots qui sont des trafiquants/rançonneurs
163
et est un contrôleur de la cargaison et un inspecteur de denrées qui s'enrichit avidement ;
164
non, tu ne ressembles pas à un athlète !»
165
L'ingénieux Ulysse lui répond enfin en le regardant d'un œil courroucé :
166
Mon hôte, tu ne parles pas élégamment ; tu te comportes en soldat insolent.
167
Ainsi les dieux n'offrent-ils pas à tous les hommes leurs dons : la prestance physique, l'intelligence ou l'éloquence.
169
Car, en vérité, un homme est d'une apparence chétive comparé aux autres (animaux)
170
mais un Dieu l'agrémente de la parole, et tous sont charmés devant lui,
171
car il parle avec assurance et une douce modestie, et il domine l'agora
172
et, quand il marche dans la capitale, on le regarde comme un Dieu.
173
Un autre est semblable aux Immortels par sa beauté
174
mais il ne lui a point été accordé de bien parler ;
175
ainsi, es-tu beau, et un Dieu ne t'aurait point formé autrement, mais tu manques d'esprit ;
177
tu as irrité ma susceptibilité au plus profond de moi en ne parlant pas comme il faut.
179
Je n'ignore point ces joutes ainsi que tu le pérores avec assurance,
180
Je n'ignore point ces joutes ainsi que tu le pérores avec assurance,
181
pourtant je n'étais pas un débutant parmi les athlètes quand je faisais confiance à ma jeunesse et à la vigueur de mes bras.
Οδύσσεια
Ὀδυσσείας θ
Ὀδυσσέως σύστασις πρὸς Φαιάκας.
152
Τὸν δ᾽ἀπαμειβόμενος προσέφη πολύμητις Ὀδυσσεύς·
153
« Λαοδάμα, τί με ταῦτα κελεύετε κερτομέοντες ;
154
Κήδεά μοι καὶ μᾶλλον ἐνὶ φρεσὶν ἤ περ ἄεθλοι :
155
ὃς πρὶν μὲν μάλα πολλὰ πάθον καὶ πολλὰ μόγησα,
156
νῦν δὲ μεθ᾽ὑμετέρῃ ἀγορῇ νόστοιο χατίζων ἧμαι,
157
λισσόμενος βασιλῆά τε πάντα τε δῆμον. »
158
Τὸν δ᾽αὖτ᾽Εὐρύαλος ἀπαμείβετο νείκεσέ τ᾽ἄντην·
159
« Οὐ γάρ σ᾽οὐδέ, ξεῖνε, δαήμονι φωτὶ ἐίσκω ἄθλων
160
οἷά τε πολλὰ μετ᾽ἀνθρώποισι πέλονται,
161
mais comme quelqu'un qui revient souvent avec un navire garni de plusieurs rangs de rameurs,
162
ἀρχὸς ναυτάων οἵ τε πρηκτῆρες ἔασιν,
163
φόρτου τε μνήμων καὶ ἐπίσκοπος ᾖσιν ὁδαίων κερδέων θ᾽ἁρπαλέων·
164
οὐδ᾽ἀθλητῆρι ἔοικας : »
165
Τὸν δ᾽ἄρ᾽ὑπόδρα ἰδὼν προσέφη πολύμητις Ὀδυσσεύς·
166
« Ξεῖν᾽, οὐ καλὸν ἔειπες· ἀτασθάλῳ ἀνδρὶ ἔοικας.
167
Οὕτως οὐ πάντεσσι θεοὶ χαρίεντα διδοῦσιν ἀνδράσιν οὔτε φυὴν οὔτ᾽ἂρ φρένας οὔτ᾽ἀγορητύν.
169
Ἄλλος μὲν γάρ τ᾽εἶδος ἀκιδνότερος πέλει ἀνήρ
170
ἀλλὰ θεὸς μορφὴν ἔπεσι στέφει οἱ δέ τ᾽ἐς αὐτὸν τερπόμενοι λεύσσουσιν
171
ὁ δ᾽ἀσφαλέως ἀγορεύει αἰδοῖ μειλιχίῃ μετὰ δὲ πρέπει ἀγρομένοισιν
172
ἐρχόμενον δ᾽ἀνὰ ἄστυ θεὸν ὣς εἰσορόωσιν.
173
Ἄλλος δ᾽αὖ εἶδος μὲν ἀλίγκιος ἀθανάτοισιν
174
ἀλλ᾽οὔ οἱ χάρις ἀμφιπεριστέφεται ἐπέεσσιν,
175
ὡς καὶ σοὶ εἶδος μὲν ἀριπρεπές, οὐδέ κεν ἄλλως οὐδὲ θεὸς τεύξειε νόον δ᾽ἀποφώλιός ἐσσι·
177
ὤρινάς μοι θυμὸν ἐνὶ στήθεσσι φίλοισιν, εἰπὼν οὐ κατὰ κόσμον.
179
Ἐγὼ δ᾽οὐ νῆις ἀέθλων, ὡς σύ γε μυθεῖαι,
180
ἀλλ᾽ἐν πρώτοισιν ὀίω ὡς σύ γε μυθεῖαι
181
ἀλλ᾽ἐν πρώτοισιν ὀίω ἔμμεναι ὄφρ᾽ἥβῃ τε πεποίθεα χερσί τ᾽ἐμῇσι.
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2018

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus