Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Morceaux choisis

Maximes - Fragments 91-100

Le passage de la souris sur un paragraphe surlignera la traduction correspondante. Cliquez sur un ou plusieurs paragraphes afin de mémoriser le surlignage. Pour effacer le surlignage, cliquez en dehors du texte ou appuyer sur la touche ESC.


Héraclite, né vers 544-541 avant J.C. à Éphèse, est issu d’une famille illustre et sacerdotale. Il renonce, en faveur de son frère, aux privilèges que lui donnait le statut de descendant de Codros, roi d'Athènes, dont le fils, Androclès, fonda Éphèse. Il n'était guère apprécié de ses concitoyens. Son ami Hermodore, auteur d'un code de douze lois qui seront étudiées par deux sénateurs romains venus à Éphèse pour les consulter, fut banni de la ville (cf. fragment 121).

Bien avant Socrate, il aurait appliqué à la lettre le Connais-toi toi-même (Γνῶθι σeαυτόν), car, disait-il, « il faut s'étudier soi-même et tout apprendre par soi-même ». Ermite, il partit vivre dans la montagne, vivant de plantes et de la fabrication de fromages ; mais, étant tombé malade il mourut d'hydropisie vers 480 avant J.C. à Éphèse. Heureusement, il avait entre temps déposé son manuscrit De la Nature dans le temple d'Artémis où il put être lu jusqu'à sa destruction en 356 avant J.C. par plusieurs visiteurs. C'est de ces visiteurs que proviennent les fragments ci-dessous.

Maximes
De la Nature
91
Selon Héraclite, il n’est pas possible de se baigner deux fois dans la même eau d’un fleuve ni même de dire d’une chose périssable qu’elle est deux fois selon un même état ; mais par l’intensité et par la vitesse du changement, son essence se disperse puis revient en arrière en se contractant et se rapproche puis s’éloigne (à nouveau indéfiniment).1
92
[Ne regarde pas…, quelle charme a la poésie lyrique saphique, invoquant par des prières et charmant ceux qui sont au sommet ? (les dieux ?)]. Selon Héraclite, la Sybille, par sa bouche en fureur crache des paroles qui ne font pas rire, qui ne sont pas embellies ni fardées mais le dieu qui les inspirent fait perdurer sa voix mille ans.
93
Le dieu dont l’oracle est à Delphes n’explique pas sa prédiction ni ne la cache non plus mais donne une indication pour la comprendre.
94
Soyons sûrs que le Soleil ne sortira pas des limites des tropiques ; si cela arrivait néanmoins, les Érinyes elles-mêmes, auxiliaires de la Justice, l’y ramèneraient.
95
En effet, il vaut mieux cacher son ignorance mais cela est difficile si on est distrait ou sous l’emprise du vin.
95
Il vaut mieux cacher son ignorance que de l’étaler au grand jour.2
96
En effet, les cadavres sont à enterrer comme le fumier doit être sorti de l’étable.
97
Il est vrai que les chiens aboient aussi après celui qu’ils ne connaissent pas.3
98
Les âmes flairent encore les senteurs (pour s’orienter) chez Hadès.
99
Si le soleil n’existait pas, (ni les autres astres), il ferait (toujours) nuit.
100
… Les cycles temporels : comme lorsque le soleil culminant joue le Grand ordonnateur qui délimite les terres en les observant de là-haut et arbitre la durée des jours et des nuits et fait s’évaporer les mers en nuages et détermine les changements de climats et les saisons qui apportent toutes choses. » selon Héraclite.
Περί φύσεως
91
ποταμῷ γὰρ οὐκ ἔστιν ἐμϐῆναι δὶς τῷ αὐτῷ καθ΄ Ἡράκλειτον οὐδὲ θνητῆς οὐσίας δὶς ἅ φάσθαι κατὰ ἕξιν· ἀλλ΄ὀξύτητι καὶ τάχει μεταϐολῆς σκίδνησι καὶ πάλιν συνάγει καὶ πρόσεισι καὶ ἄπεισι.
92
[Οὐχ ὁρᾶις . . , ὅσην χάριν ἔχει τὰ Σαπφικὰ μέλη, κηλοῦντα καὶ καταθέλγοντα τοὺς ἀκροωμένους ;] Σίϐυλλα δὲ μαινομένῳ στόματι καθ΄ Ἡράκλειτον ἀγέλαστα καὶ ἀκαλλώπιστα καὶ ἀμύριστα φθεγγομένη χιλίων ἐτῶν ἐξικνεῖται τῇ φωνῇ διὰ τὸν θεόν.
93
ὁ ἄναξ οὗ τὸ μαντεῖόν ἐστι τὸ ἐν Δελφοῖς, οὔτε λέγει οὔτε κρύπτει ἀλλὰ σημαίνει.
94
Ἥλιος γὰρ οὐχ ὑπερϐήσεται [τὰ] μέτρα· εἰ δὲ μή, Ἐρινύες μιν Δίκης ἐπίκουροι ἐξευρήσουσιν.
95
ἀμαθίην γὰρ ἄμεινον κρύπτειν, (τὰ) ἔργον δὲ ἐν ἀνέσει καὶ παρ΄οἶνον.
95
κρύπτειν ἀμαθίην κρέσσον ἢ ἐς τὸ μέσον φέρειν.
96
νέκυες γὰρ κοπρίων ἐκϐλητότεροι.
97
κύνες γὰρ καὶ βαΰζουσιν ὃν ἂν μὴ γινώσκωσι.
98
αἱ ψυχαὶ ὀσμῶνται καθ΄Ἅιδην.
99
εἰ μὴ ἥλιος ἦν, (ἕνεκα τῶν ἄλλων ἄστρων) εὐφρόνη [ἄν] ἦν.
100
… περιόδους· ὧν ὁ ἥλιος ἐπιστάτης ὢν καὶ σκοπὸς ὁρίζειν καὶ βραϐεύειν καὶ ἀναδεικνύναι καὶ ἀναφαίνειν μεταϐολὰς καὶ ὥρας αἳ πάντα φέρουσι καθ΄ Ἡράκλειτον κτλ.
Morceau choisi précédent
Morceau choisi suivant
Traduction

Cette traduction se veut la plus proche possible du texte antique. Le but étant de rendre ce texte dans son originalité pédagogique initiale. N'hésitez pas à nous contacter pour tout commentaire sur la traduction parallèle.

Traducteur : Jean-Claude Angelini
Copyright : Traduction © J.C. ANGELINI, 2014 / Mise en page © Citations-Antiques.com, 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus