Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Citations de la Grèce antique
Citation n°2733

Époque

IVe siècle av. J.-C.

Commentaire

Alexandre vint à Corinthe. Les premiers hommes de la république, les gens de lettres, les philosophes, s’empressèrent de grossir sa cour. Il espérait voir arriver Diogène ; mais celui-ci ne songeait pas seulement à Alexandre, et se chauffait au soleil dans le Cranée. Le prince prit le parti d'aller lui-même trouver le philosophe. « Que puis-je faire pour toi ? lui dit-il en l'abordant. — Te ranger un peu mon soleil, répondit le cynique. » Alexandre, brillant de tout l'éclat de la grandeur, estima celui qui le méprisait ; et comme ses courtisans croyaient l'amuser en se moquant du philosophe : « Si je n'étais Alexandre, leur dit-il, je serais Diogène ». Alexandre voulait être maître du monde ; Diogène avait une prétention plus fière, celle d'être indépendant du monde entier.

Thème

Date d'ajout

Le mercredi 31 mai 2017 à 14:00

Citations similaires

  • Le serviteur ne se corrige point par des paroles ; car il entendra, et ne répondra point.

  • Ne te laisse persuader par personne de prendre un méchant pour ami. De quel avantage te serait l'amitié d'un tel homme ? Il ne te sauverait point de la peine, de la ruine ; ce qu'il aurait de bien, il ne t'en ferait point part.

  • Voyez ce paon : si vous louez son plumage, il étale sa queue avec orgueil ; si vous le regardez en silence, il en cache les trésors. Le coursier, dans la lutte des chars, aime les applaudissements donnés à sa crinière bien peignée et à sa fière encolure.

  • Il y a des devoirs à observer envers ceux mêmes de qui nous avons reçu quelque offense.

  • Ne baissons pas les bras quand l'ennui nous étreint. Quand un tourment survient, il peut en naître un bien.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus