Depuis 2013, diffusion du savoir antique à travers les citations.

Citations de la Rome antique
Citation n°2444
  • La flèche n'atteint pas toujours son but. Mais si, dans un poème, les beautés l'emportent, quelques taches ne me choqueront pas : l'inattention ou la faiblesse humaine les a laissé échapper.

Source

Art poétique, III, 350

Époque

vers 20 av. J.-C.

Traducteur

François Richard

Commentaire

Citation complète : Il y a pourtant des fautes pardonnables. La corde de la lyre ne donne pas toujours le son que demandent la pensée et les doigts ; on veut une note grave, trop souvent celle qu'elle renvoie est aiguë. La flèche n'atteint pas toujours son but. Mais si, dans un poème, les beautés l'emportent, quelques taches ne me choqueront pas : l'inattention ou la faiblesse humaine les a laissé échapper. Qu'est-ce à dire ? Le copiste qui, malgré tous les avertissements, fait toujours la même faute, ne mérite pas l'indulgence ; on se moque du joueur de cithare qui bronche toujours sur la même corde. De même, celui qui toujours se néglige est pour moi comme ce Chérilus, chez qui je suis, en souriant, tout surpris de trouver deux ou trois bons vers ; et par contre, je suis furieux quand il arrive au bon Homère de sommeiller, sans songer que, dans un long poème, il est permis de se laisser un peu aller au sommeil.

Thème

Date d'ajout

Le mercredi 6 juillet 2016 à 9:00

Citations similaires

  • Ne te laisse persuader par personne de prendre un méchant pour ami. De quel avantage te serait l'amitié d'un tel homme ? Il ne te sauverait point de la peine, de la ruine ; ce qu'il aurait de bien, il ne t'en ferait point part.

  • Voyez ce paon : si vous louez son plumage, il étale sa queue avec orgueil ; si vous le regardez en silence, il en cache les trésors. Le coursier, dans la lutte des chars, aime les applaudissements donnés à sa crinière bien peignée et à sa fière encolure.

  • Il y a des devoirs à observer envers ceux mêmes de qui nous avons reçu quelque offense.

  • Ne baissons pas les bras quand l'ennui nous étreint. Quand un tourment survient, il peut en naître un bien.

  • La sangsue ne se détache de la peau que gorgée de sang.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience en ligne. En savoir plus